Valérie Therond – Orange : "Le déploiement de la fibre est l'un des plus gros chantier industriel français"

 |   |  780  mots
(Crédits : DR)
Désormais en charge d'un vaste territoire appelé Grand Sud-Est qui couvre Provence Alpes Côte d'Azur, la Corse et Auvergne Rhône Alpes, celle qui était jusqu'alors directrice Centre Est pour Orange rappelle que la connectivité pour tous est un enjeu plus que majeur. Mais la diversification ou encore la cyber-défense sont aussi des axes chouchoutés.

Evidemment en région, c'est le plan stratégique national, baptisé Essentiels2020 qui est (encore) déployé. Un plan stratégique qui fait de la connectivité son socle principal puisqu'il se décline aussi en fonction des cibles visés, du particulier, au professionnel en passant par les entreprises. "C'est offrir à tous une expérience incomparable", résume Valérie Thérond. Pour cette Marseillaise d'origine, diplômée de l'ESCP Europe, ancienne secrétaire générale adjointe du groupe, arriver à la direction d'un aussi vaste territoire est un challenge certes mais voilà, ce grand périmètre est "une région de poids avec ses moyens et ses leviers, leviers que l'on active notamment face à des enjeux comme la 5G" explique-t-elle, rappelant que tout cela fait sens, que "c'est un vrai facteur de simplification", rendant par exemple les discussions avec les différents acteurs plus faciles, plus souples, au nom d'une meilleure réactivité. Et puis, "nous avions déjà des unités qui étaient à cette maille-là".

Expérimenter la 5G

La connectivité, donc, c'est "un enjeu majeur qui est structurant". Et la fibre est l'un des sujets dans le sujet. En Provence Alpes Côte d'Azur, 1,050 million de clients sont éligibles. Côté entreprises, clairement, c'est un élément devenu indispensable du développement économique et cela Valérie Thérond le reconnaît bien volontiers. "Le déploiement de la fibre est l'un des plus gros chantier industriel français".

Lorsqu'on évoque la smart mountain, la directrice Grand Sud-Est rappelle aussi que la montagne intelligente ne se résume pas uniquementà la fibre mais comprend aussi 4G et mobilité.

Pour ce qui est de la 4G justement, "le taux de couverture est de 98,85 % en Provence Alpes Côte d'Azur", se réjouit Valérie Thérond. En 2018 par exemple, 208 sites se sont rajoutés à l'existant. "Nous continuons de densifier".

Prometteuse mais en même temps demandeuse d'expérimentation, la 5G est un autre sujet d'importance. Marseille est justement l'une des villes qui sert de laboratoire grandeur nature. Orange y a lancé ce 5 avril un Challenge startups, encourageant les jeunes entreprises à candidater pour expérimenter ce réseau prometteur de tous les possibles sur leurs innovations. "La 5G cible les entreprises, notamment avec l'industrie 4.0 et les objets connectés. La 5G c'est beaucoup de data et des besoins capacitaires. Le terrain expérimental est celui du test des usages", souligne Valérie Therond, précisant qu'il "reste à affecter les fréquences. Le processus d'enchères se tiendra à la fin de l'année".

Les nouveaux réseaux oui, mais il ne faudrait pas oublier le cuivre sur lequel "nous avons investi 500 M€ en France. Le cuivre reste clé car c'est une infrastructure qui est essentielle dans un certain nombre de zones et elle est très utilisée".

Verticales

Comme toute entreprise, Orange ne met pas tous ces œufs dans le même panier stratégique. Parmi les enjeux, figure le développement de verticales. Comme Orange Bank. Et ses 260 000 clients en France. "C'est un produit que nos salariés ce sont appropriés pour eux-mêmes tout autant qu'en tant que prescripteurs. Il existe une vraie appétence. Nous formons de plus en plus de conseillers. Orange Bank correspond aux nouveaux usages en matière bancaire". L'autre verticale, c'est la sécurisation du domicile avec Maison protégée, une offre de télésurveillance développée avec Groupama, disponible depuis ce mois d'avril. Maison connectée apporte la verticale domotique. Cette offre qui rend les objets de la maison, connectés est actuellement en test et devrait être mise sur le marché au cours du second semestre. Le digital ne faisant pas tout, "nous poursuivons l'aménagement de nos boutiques. "Nous travaillons sur des programmes d'amélioration de la prise en charge des clients. Notamment pour que ceux-ci soient traités de bout en bout par le même conseiller".

Innovation fab...uleuse

Forcément, Orange regarde attentivement ce qui se passe du côté de l'innovation. En 2015, la naissance d'Orange Digital Venture lui a permis de disposer d'un véhicule d'investissement dans les startups du numérique. Orange Fab c'est l'accélérateur dédié du groupe. Avec trois programmes qui structurent l'accompagnement : l'Original, le Telecom Track pour les jeunes pousses orientées infrastructures et réseaux, et Woman Start, qui se veut le coup de pouce aux femmes créatrices de startup. "Nous regardons les entreprises qui ont des connexions avec nos métiers", résume Valérie Thérond. Une façon éprouvée de guetter la nouvelle innovation prometteuse. Ou la prochaine verticale à intégrer dans le nouveau plan stratégique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2019 à 9:36 :
Le chantier le plus coûteux de France alors que la fibre sans fil la 5G arrive, on ne dit pas merci à Orange. Avec son président un pied dans la prison pour 3 ans, il n’y a plus de gouvernance depuis de longs mois déjà, personne ne comprend rien à la stratégie d’Orange même en interne
a écrit le 09/04/2019 à 10:54 :
Le plus gros chantier industriel de la France est la réindustrialisation de son territoire.
La fibre et le tercière ne sont pas indispensables à une économie. Une machine outil oui!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :