Quel développement pour APM Monaco qui cède 30 % de son capital ?

 |   |  527  mots
(Crédits : DR)
La marque de bijoux née à Monaco mais depuis présente à Hong-Kong fait désormais équipe avec un consortium euro-chino-américain. Et c'est bien l'Asie qui figure dans les priorités de développement.

La bijouterie de luxe à prix abordable, c'est le créneau emprunté depuis plusieurs années par APM Monaco. Si son histoire débute en 1982 de façon assez traditionnelle par le design de pièces pour les grands noms de la joaillerie, c'est désormais, et depuis le début des années 2010, que la marque dessine et réalises ses propres bijoux. Avec en filigrane et comme source d'inspiration, le chic et l'esprit de la Côte d'Azur et de Monaco.

Consortium tripartite

Dirigée par Philippe Prette, l'entreprise familiale a très tôt, à partir des années 90, déplacé sa production en Chine. Et l'arrivée au capital, à hauteur de 30 % de celui-ci, d'un consortium tripartite a justement l'objectif de faire encore progresser la marque sur le continent asiatique.

Composé de TPG, fonds américain né en 1992, de China Synergy, plateforme d'investissement unissant CICC Capital et TPG ainsi que de Trail, société européenne spécialisée dans l'investissement en private equity, le consortium devrait concrétiser sa prise de participation dans les prochains mois, sans que cela bouleverse l'organisation de l'entreprise, Philippe Prette demeurant aux commandes.

Luxe et fast retailing

Présente dans 26 pays au travers de 260 magasins, APM Monaco a convaincu ses nouveaux investisseurs justement sur son positionnement et son potentiel de progression comme l'explique Xavier Marin, le président de Trail. "APM Monaco c'est le chic français de la Côte d'Azur, le luxe abordable avec les codes de la joaillerie. Cela correspond à l'évolution du marché, celui où le bijou devient un accessoire que l'on peut changer au gré de son humeur". Douze collections sont commercialisées dans l'année, avec un rythme entre la fabrication et la commercialisation d'un mois de délai. Et c'est justement cet alliage entre luxe contemporain et fast retailing qui semble faire l'attrait d'APM Monaco autant du côté des consommateurs que des investisseurs.

Quel développement maintenant pour l'entreprise qui a réussi à conserver son caractère familial jusqu'à aujourd'hui, faisant pivoter son business modèle il y a dix ans, prenant de l'avance sur un marché qui a lui aussi changé de physionomie ?

"Nous connaissons bien nos deux partenaires (dans le consortium NDLR). Ce sont des compétences que nous apportons", précise Xavier Marin. Notamment la capacité à se renforcer sur le continent asiatique. Un continent aux 300 millions de millenials soit autant que la population américaine et européenne réunies, une population "qui dépense beaucoup sur les accessoires, qui aime les marques alliant chic et fun. Il existe un potentiel de progression encore sur le marché chinois", assure Xavier Marin.

Ce qui contribue à la visibilité de la marque - au-delà des boutiques - c'est aussi et surtout sa stratégie marketing extrêmement digitale, qui s'appuie sur des égéries influenceuses sur les réseaux sociaux, "captant", de fait, leurs communautés. Une stratégie qui fonctionne dans un contexte où la croissance du marché du bijou de mode accessible atteint 7 à 8 % par an. Sur le chiffre d'affaires généré par APM Monaco, en revanche, comme sur le montant de la transaction, aucune précision n'est communiquée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :