Infra Cab’In veut se poser en expert des cabines infrarouges

 |   |  657  mots
(Crédits : DR)
Située à la Seyne-sur-mer, l'entreprise commercialise des cabines infrarouges permettant d’éliminer les toxines du corps grâce à la sudation. Pour se développer, la TPE vise en premier lieu les professionnels du sport et de l’hôtellerie. Elle s’attelle à leur prouver de manière scientifique l’intérêt de la méthode.

Sport, bien-être, esthétique. Management, commercial. Estelle Scherrer a déjà touché à tout cela au moment où elle envisage de créer une société. Pourquoi par concilier le tout ? Elle crée un centre de beauté. Mais l'idée d'Infra Cab'In lui viendra d'une discussion avec un ostéopathe. "Il connaissait un professionnel qui faisait de la récupération dans une cabine infrarouge, après le sport".

La cabine ressemble à celle d'un sauna. Sans les pierres de lave et la vapeur. "Des lampes chauffent le corps par rayonnement, pas la pièce. De sorte que l'air n'est pas suffoquant. La température augmente progressivement. On se sent comme à la plage, au soleil. La sudation est rapide et intense". Un procédé qui révèle peu à peu ses bienfaits à Estelle Scherrer, de par sa propre pratique et celle de ses clients.

En ciblant l'épiderme, les rayons infrarouges stimulent les cellules. "Ils permettent d'éliminer les polluants, les toxines accumulées au quotidien, le stress. En esthétique, ils favorisent le raffermissement des tissus. En sport, ils accélèrent la récupération et la performance physique en activant les cellules qui distribuent ensuite l'énergie aux muscles".

Estelle Scherrer veut se concentrer sur cette activité encore peu connue en France, bien que créée il y a une centaine d'années. En mars 2017, Infra Cab'In est sur les rails.

Se focaliser sur les professionnels du sport et de l'hôtellerie

Pendant deux ans, il faut faire tester la méthode, en parler, en faire parler. L'entreprise dispose d'un bureau et d'une cabine test. Un client a également intégré la cabine dans son centre thérapeutique. Aujourd'hui, la société conduite par deux associés a réuni "les outils pour se développer". Elle a aussi élaboré une stratégie et des cibles prioritaires. "Nous continuons de proposer nos services à des particuliers mais nous nous focalisons sur les professionnels. Cela va nous donner plus de visibilité, plus vite". Et pas n'importe lesquels : « Le domaine sportif d'abord ». Un moyen d'être plus visible dans les médias. "Quand une technique se développe dans le sport, elle finit souvent par faire boule de neige". Autre secteur visé : l'hôtellerie. "Nous avons commencé à prospecter sur le territoire national et à l'international. Les instituts, spa et maisons d'hôte nous intéressent car ils sont à même de proposer ce genre de services, d'autant plus qu'ils cherchent en permanence à se diversifier".

Pour séduire ces acteurs, en plus des bienfaits de la technique en tant que telle, Infra Cab'In met en avant son intérêt économique et écologique. "Si vous prenez un sauna traditionnel, il nécessite un branchement de 380 volts. Ce qui nécessite de modifier l'installation et d'opter pour un abonnement électrique particulier. Et il faut ajouter à cela des douches régulières. Avec les cabines infra rouges, on fonctionne sur du 230 volts, aucune modification particulière n'est donc nécessaire et on n'a pas besoin de prendre de douche pendant, ni tout de suite après".

Apporter une garantie scientifique

Reste que la technique se développe peu à peu sur le marché, et fait souvent l'objet d'informations qu'Estelle Scherrer juge imprécises voire erronées. "Notre objectif est de la faire connaître en véhiculant la bonne information. Il faut vulgariser pour bien mettre en avant tous ses bénéfices". Il s'agit en fait de gagner en crédibilité et de se différencier. Pour cela, l'idée est de s'entourer d'un conseil de scientifiques, dans la santé comme dans le sport. Un projet en cours.

Le développement de l'entreprise passera aussi par une palette de compétences liées à la gestion. D'où le choix d'Estelle Scherrer de faire appel au Réseau Entreprendre dont elle est désormais lauréate. Mieux armée, elle espère que son entreprise fera définitivement la preuve de son concept.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :