Interactive 4D veut aussi gamifier les solutions de télémédecine

 |   |  754  mots
(Crédits : DR)
Spécialiste des serious games, l’entreprise installée à Nice opère une percée sur le segment de la santé avec des outils permettant de gamifier la relation patient-médecin tout en multipliant les projets européens. Où la sensibilisation au cyber harcèlement côtoie la formation des migrants aux métiers des services à la personne.

Apparu il y a une quinzaine d'années dans le domaine militaire, le serious game - ou jeu sérieux - s'est depuis largement démocratisé. Selon le cabinet Market & Market, le secteur progresserait de 16% par an pour atteindre un chiffre d'affaires mondial de 5,2 Mds€ en 2020. Le cabinet Metaari, lui, évalue le taux de croissance annuel à 22% pour un chiffre d'affaires global de 6,9 Mds€ en 2021. Deux projections qui diffèrent mais qui montrent bien la courbe ascendante empruntée par ce marché susceptible de connaître le même succès que celui des jeux vidéo. Une courbe sur laquelle s'inscrit Interactive 4D, née en 2003 en tant que SSII avant de se positionner, six ans plus tard, sur les serious games avec l'arrivée de son actuel dirigeant, Alexis Lacapelle. Lequel a développé l'entreprise niçoise sur le marché de la formation et de l'éducation avant d'opérer, à partir de 2016, une diversification de son activité vers la santé. Avec réussite. Ce segment représente aujourd'hui la moitié de son chiffre d'affaires (non communiqué).

L'Europe en amorçage

"Nous avions déjà fait une première incursion dans l'univers de la santé avec des outils de formation associant animations 3D et mini-jeux pour l'Association Nationale de Formation du personnel Hospitalier et Sanofi, mais c'est un projet de recherche collaboratif européen qui nous a vraiment mis le pied à l'étrier", raconte le dirigeant. Débuté en 2016 dans le cadre du programme H2020, celui-ci a consisté, trois ans durant, à développer une plateforme de télémédecine, baptisée Polycare, intégrant une application gamifiée reliant des médecins hospitaliers à des patients hospitalisés à domicile équipés d'appareils de mesure connectés. L'objectif : faciliter le suivi des patients à distance tout en luttant contre les déserts médicaux. Aujourd'hui finalisée, Polycare doit être désormais "améliorée pour être commercialisée". Et constitue un des axes de croissance privilégiés par l'entreprise. "Il y a une place à prendre sur le sujet des solutions de télémédecine car la gamification facilite l'adhésion du patient et son adhérence au médicament. Elle permet en outre de supprimer l'aspect rébarbatif d'une interface santé en rendant agréable quelque chose de finalement assez anxiogène".

Fidèle à son positionnement BtoB, Interactive 4D conçoit donc des "outils numériques à 95% gamifiés" au service des professionnels de santé, la gamification intervenant généralement au niveau de l'interface patient "car c'est lui qu'il faut séduire". Ainsi en est-il de MotAp qui vise à faciliter le diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer, projet réalisé en partenariat avec l'association Innovation Alzheimer, le CHU de Nice, l'INRIA et DFKI (institut de recherche allemand sur l'intelligence artificielle). Ainsi est-il aussi de Dolores, plateforme de pré-consultation qui permet de caractériser la douleur par le jeu, développée pour le centre anti-douleur du CHU de Nice.

Dix nouveaux projets par an

La santé n'est toutefois pas le seul domaine adressé par l'entreprise, même si celui-ci monte en puissance. "Nous sommes en effet multiproduits et multi secteurs pour ne pas être dépendants", confirme Alexis Lacapelle dont l'équipe de sept personnes travaille sur une dizaine de nouveaux projets par an. Ils peuvent être développés sur étagère, à l'instar du jeu de stratégie d'entreprise Strathéna, mis en lumière par BFM Business cet été et acquis par E&Y afin d'accompagner son processus de recrutement, ou sur-mesure pour le compte d'entreprises, de centres de formation, de collectivités publiques et de l'Europe. A cet égard, quatre serious games financés par la Commission européenne dont deux dans le cadre du programme Erasmus + sont en cours de développement pour un rendu attendu en 2020 et 2021 dans cinq à six langues différentes. L'un vise à sensibiliser les lycéens au cyber harcèlement sur Internet quand les autres, plus axés formation, s'adressent aux jeunes adultes pour les préparer à un entretien d'embauche, aux migrants pour les former aux métiers des services à la personne et aux aidants pour accompagner les personnes âgées atteintes de démence légère dans la pratique d'exercices physiques.

On le voit, le spectre couvert par Interactive 4D est large, tout comme ses perspectives de développement même si, assure Alexis Lacapelle, "nous n'avons pas les yeux plus gros que le ventre". Pour l'entreprise "aux comptes équilibrés", jouer d'accord, mais tout en restant sérieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :