Steripure promeut la technologie de la vapeur saturée

 |   |  521  mots
(Crédits : DR)
Située à Gardanne, cette PME stérilise des produits secs utilisés dans l’alimentation et les cosmétiques grâce à la vapeur saturée. Une technique qui doit être adaptée à chaque type d’ingrédient, moyennant d’importants efforts de recherche et développement pour grignoter de nouvelles parts de marché.

Alors que la sécurité préoccupe de plus en plus les acteurs de l'agro-alimentaire, il existe assez peu de solutions satisfaisantes pour stériliser les ingrédients secs. "Il y avait la ionisation, à partir de rayons gamma, mais cette technique n'est plus utilisée", note Olivier Bourgois, fondateur de Steripure. En cause : une utilisation de la radiation qui effraie, d'autant qu'elle doit être systématiquement indiquée sur les étiquettes. "Il est aussi possible de chauffer les produits, mais ceux-ci risquent de voir leur qualité affectée". Face à la demande croissante et à la faible offre qui lui fait face, Olivier Bourgois a donc eu l'idée d'exploiter une technique découverte lors de ses précédentes expériences: la stérilisation par vapeur saturée.

"C'est une vapeur parfaite ; ni sèche, ni humide. Pour l'obtenir, il faut trouver un équilibre entre température, pression et temps". Une équation à optimiser pour chaque ingrédient, les plus fragiles supportant mal une température supérieure à 100° quand celle-ci est nécessaire pour traiter des produits plus résistants. "Chaque ingrédient a sa propre recette et nécessite de la recherche et du développement".

Lorsque la société est créée en 2012, elle dispose d'un petit local à Eguilles, équipé d'une machine de prototypage pour faire quelques tests. "Nous avons testé la technique sur tout un tas de produits et elle fonctionnait sur beaucoup d'entre eux".

Des clients parmi les géants de l'agro-alimentaire

Ainsi confortée quant à sa technologie, l'entreprise déménage pour se doter d'une plus grosse ligne de production. Direction Rousset. "Nous avons pu développer notre marché en nous adressant à de gros industriels". En effet, la société s'adresse tant à de petits acteurs qu'à des géants du secteur dont elle stérilise les produits. Des clients présents partout en Europe, des pays du Nord à l'Espagne en passant par la Roumanie et l'Italie.

Des clients et des volumes de travail de plus en plus exigeants qui nécessitent une organisation toujours plus rigoureuse. C'est pour cette raison que Steripure fait en 2018 le choix d'investir dans une usine plus grande, sur-mesure, plus adaptée aux besoins de ses clients, avec une capacité de traitement de 400 000 tonnes de produits par an. Un pari qui devrait lui permettre d'accroître son chiffre d'affaire sur les prochaines années, celui-ci affichant 1,3 million d'euros en 2018.

Un objectif qui devrait être atteint grâce à l'intérêt croissant de nouveaux marchés rassurés par le nouvel outil de production de l'entreprise, à savoir le marché des cosmétiques et celui des compléments alimentaires. Autant d'acteur face auquel Steripure veut se poser comme une référence, un expert de la microbiologie des ingrédients secs. "Nous voudrions que si une société en Europe a un problème avec un ingrédient sec, quelqu'un lui recommande de nous contacter". Un bouche-à-oreille que la PME tente de développer en étant présente sur différents salons et forums professionnels. Pour peu à peu grignoter de nouvelles parts de marché et "renforcer le nombre de clients dans nos trois métiers".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :