Spada se diversifie vers la promotion immobilière

 |   |  660  mots
(Crédits : CC by Burst)
A l’orée de son centenaire, le groupe de construction implanté à Nice et spécialisé dans le bâtiment, le génie civil et le stockage de déchets inertes, cherche des relais de croissance et renoue avec son activité de promotion qu’il entend axer vers le logement collectif.

A Antibes, le programme immobilier Via Marenda, qui vise à créer sur deux hectares un écoquartier de transition entre la vieille ville et le port Vauban, est entré dans le dur. A la manœuvre, pour le terrassement et le gros œuvre, l'entreprise Spada Construction, l'une des deux filiales qui composent le groupe Spada. Laquelle intervient également sur les chantiers de la station d'épuration de Cagnes-sur-Mer (en cotraitance avec Véolia), du collège de Pégomas ou encore du Palazzo Méridia, l'immeuble de bureaux en structure bois le plus haut de France en cours de réalisation sur le périmètre de l'OIN Eco-Vallée. Des opérations d'envergure qui illustrent l'ancrage du groupe familial niçois sur la Côte d'Azur depuis près d'un siècle. Avec ses hauts. Et ses bas. Son passé, riche et foisonnant jusqu'aux années 90. Et son avenir, prometteur, avec la relance d'une activité de promotion, non plus axée sur les ports de plaisance - un des faits d'armes du Spada d'hier - mais tournée vers le logement collectif, bien plus en phase avec le Spada d'aujourd'hui.

Restructuration en deux entités

On le sait, la vie d'une entreprise n'a rien d'un long fleuve tranquille. Le groupe Spada, né en 1920, n'échappe pas à la règle. A son apogée dans les années 90, il subit la crise du secteur de plein fouet, contraignant l'entreprise à céder peu à peu ses métiers historiques, la promotion portuaire, l'exploitation de carrières et les travaux publics, afin de se recentrer sur le bâtiment et le génie civil. Spada fait le dos rond, le temps que la tempête passe, puis se restructure en deux entités : Spada construction, créée en 2015, pour les activités bâtiment et génie civil (de 25 à 30 M€ de chiffre d'affaires) et Entreprise Jean Spada, structure originelle dédiée à la gestion des actifs hérités du passé ainsi qu'au stockage de déchets inertes, activité développée dans l'ancienne carrière de Roquefort-les-Pins et pour laquelle une autorisation préfectorale de 900 000 tonnes par an court jusqu'en 2026 (de 6 à 7 M€ de chiffre d'affaires). Le tout chapeauté par un actionnariat détenu majoritairement par la famille Noiray, incarnée par les dirigeants Laure Carladous et Pierre Noiray, dont le neveu de l'une et fils de l'autre, Florent, est appelé à prendre la suite. Ingénieur des Arts et Métiers, ce Gadzart a évolué une décennie durant dans l'industrie automobile avant de rejoindre l'affaire familiale il y a trois ans en tant que directeur travaux. Il est, depuis mars 2019, à la tête de la direction commerciale de l'entreprise.

Une première opération espérée en 2020

Et c'est un nouveau chapitre qui s'ouvre avec la constitution d'un département consacré à la promotion immobilière. "Nous l'attaquons de façon modeste, sur de petits programmes résidentiels collectifs, en nous appuyant sur nos compétences internes", indique Florent Noiray qui espère lancer une première opération en 2020. "C'est un sujet sur lequel nous pensons apporter notre valeur ajoutée. Le fait de bien connaître la construction et de maîtriser ces différents métiers peut faire de Spada un promoteur plus singulier que les autres", renchérit Laure Carladous. Une singularité qui définit le groupe dont la structure légère - 150 personnes, intérimaires compris - et "l'esprit familial" lui permettent "de tenir la corde face aux grands" en dépit d'une "surface financière plus faible". Des fondamentaux solides qu'il s'agit désormais d'enrichir avec cette diversification au travers de laquelle Spada entend se donner la possibilité de mieux maîtriser son calendrier, de pallier les périodes les plus creuses et de lui assurer une meilleure marge financière, LE cheval de bataille de celle qui préside aussi la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics des Alpes-Maritimes depuis juin 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :