Pourquoi Mutuelles du Soleil intègre le télétravail dans son management

 |   |  668  mots
(Crédits : DR)
Le spécialiste de la protection sociale, dont le siège est basé à Nice, a introduit le travail à distance dans sa nouvelle organisation. Une évolution significative de sa stratégie de management qui répond à plusieurs objectifs dont celui d'attirer des compétences et de constituer un cadre de travail en accord avec les attentes des nouvelles générations.

Sur le métier, il faut parfois remettre son ouvrage. La théorie de l'écrivain Nicolas Boileau est toujours d'actualité, et encore davantage peut-être alors que tous les schémas traditionnels se trouvent bouleversés.

C'est une réflexion, en interne qui a mené le groupe de protection sociale à revoir son organisation et à poser sur la table les évolutions susceptibles de mettre l'entreprise en accord avec les attentes, du marché comme des salariés.

"Nous nous sommes aperçus que certains paramètres devaient changer" explique Claude Leblois. Une réorganisation de la gouvernance et des dirigeants de Mutuelles du Soleil a exactement été le moment choisi pour repenser les méthodes appliquées. "Nous avons planché sur une remis en ordre de la maison ce qui signifiait aussi celle des méthodes de management", poursuit le directeur général du groupe. "Nous voulions mettre en œuvre un système d'économie de gestion ainsi que d'un business modèle qui assure l'avenir".

Contrat de confiance

L'idée a été de "rebâtir une organisation en responsabilisant les salariés. Si nous voulons une production de qualité, il faut des salariés heureux". Pour cela, le groupe a choisi "de se baser sur une relation de confiance et d'autonomie" et d'introduire le télétravail comme solution pouvant être activée par les salariés.

Une organisation qui ne semble pas illogique, d'autant que l'environnement de travail change aussi. A plusieurs niveaux. De façon très pratico-pratique, les grandes villes comme Nice et Marseille, où Mutuelles du Soleil est présent, sont embouteillées ce qui complique la gestion du trajet domicile-travail. Mais la présentéisme n'est pas sans conséquences négatives, comme le mesure une étude Ifop, selon laquelle le présentéisme absolu lorsque le salarié est malade, fatigué ou qu'il allonge son temps de travail devant l'écran, diminue sa capacité a être productif et peut aussi engendrer des accidents. Un coût estimé entre 14 et 25 milliards d'euros par an.

Entre décider d'une organisation et faire accepter celle-ci par les parties concernées, il y a parfois un pas voire un gap à franchir. "Les salariés qui connaissent le principe l'ont plutôt bien accueilli. D'autres ont été plus interrogatifs, craignant l'isolement", souligne Claude Leblois. "Travailler ailleurs que sur son lieu de travail, ce n'est pas bénéficier d'une journée de congés supplémentaires". Si le télétravail peut effrayer, pour le groupe de protection sociale il est une évolution qui répond aussi aux attentes des nouvelles générations. "Cela peut être un avantage pour le recrutement", avoue le directeur général. "Les nouvelles générations tiennent à gérer leur temps, l'entreprise doit mettre le cadre et les jeunes évoluer dans ce cadre".

Premier pas

Pour télé-travailler et lever les freins notamment, un kit pensé exprès est fourni aux salariés avec ordinateur, écrans et casque USB pour la téléphonie. Depuis son lancement le 1er janvier dernier, le télétravail concerne les fonctions supports, comme la comptabilité, le marketing ou les RH. Depuis ce mois de juin, c'est au tour des métiers de production. Il sera probablement étendu ensuite aux services courrier et plateforme téléphonique. Pour l'heure, sur 51 salariés concernés par la première phase, 22 d'entre eux ont décidé de tester cette nouvelle formule. Mutuelles du Soleil insiste sur les gains de créativité ainsi engendrés et donc les gains de productivité. C'est aussi sans doute un pas vers un changement de culture qui devrait intégrer d'autres éléments comme la création d'une académie qui formerait les alternants. Une nouvelle façon d'aborder le temps de travail qui devrait aussi porter sur l'image extérieure du groupe présent en Provence Alpes Côte d'Azur, dans les départements du Gard et de l'Hérault au travers de 24 agences et qui emploie 460 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :