MARiUS mitonne un développement plus épicé

 |   |  561  mots
C'est sous le seul prénom de MARiUS qu'est désormais commercialisée l'ensemble de la gamme, soit 216 références dont 24 nouveautés.
C'est sous le seul prénom de MARiUS qu'est désormais commercialisée l'ensemble de la gamme, soit 216 références dont 24 nouveautés. (Crédits : DR)
Jusqu'ici distribués sous trois marques différentes, les produits Marius Bernard, basés à Salon-de-Provence, se rassemblent sous une seule identité. Manière de sortir d'un positionnement trop provençal pour adopter les codes de l'épicerie fine.

Il n'est jamais trop tard pour prendre un nouveau virage. A 60 ans, la PME née à Saint-Chamas, près de Salon-de-Provence, peut en témoigner. Il est des repositionnements qui sont nécessaires, mais qui malgré cette obligation de se remettre en question n'en sont pas moins de fabuleuses façons de retrouver des axes de développement. L'ancienne conserverie inaugure depuis quelques semaines sa toute nouvelle identité. Finis Marius Bernard, Baptistin Féraud et la Compagnie des épices, les trois marques qui distribuaient les produits salés et sucrés fabriqués par la PME. Vive MARiUS ! Avec une orthographe précise, s'il vous plaît. C'est désormais sous ce prénom que l'ensemble de la gamme est commercialisé, soit 216 références exactement dont 24 nouveautés.

Supplément d'âme

Un changement né d'un constat, celui d'une stagnation du marché provençal, comme le raconte Patrick Baillet. "Le marché des produits provençaux n'est pas très structuré. Il était impossible de trouver nos produits hors de la région Provence Alpes Côte d'Azur. En regardant ce qu'il se passait du côté de l'épicerie du monde, de l'épicerie fine, nous avons décidé de changer de positionnement". Surtout, l'expérience...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :