Un Tour de France des primeurs pour quoi faire ?

 |   |  584  mots
(Crédits : iStock)
Depuis deux ans, Dominique Ménager travaille les fruits et légumes pour en faire de véritables sculptures. Un moyen de mettre en valeur les produits et d'attirer l'attention estime le primeur qui reconnaît que cette activité n'est pas encore très connue. Pour y remédier, il participe au premier tour de France des primeurs.

Pas de maillot vert ou à pois mais de véritables sculptures à base de fruits et légumes. Des créations que l'on trouve sur le premier tour de France des primeurs et qui sont l'œuvre de Dominique Ménager. Ce primeur installé à Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence, est spécialisé dans la "décoration culinaire" des fruits et légumes. "Nous sommes très peu en France sur ce secteur", reconnaît-il. Pour faire connaître son activité, Dominique Ménager participe à ce tour de France un peu particulier. Avec sept de ses collègues venus de tout l'Hexagone, il présente son métier dans 14 villes différentes, dont Châteaurenard, Marseille et Nice, durant le mois de juillet. Cet évènement vise à faire connaître des facettes méconnues du métier de primeur. Et à ce petit jeu-là, Dominique Ménager n'est pas mauvais.  "Cela marche bien car c'est très visuel donc cela interpelle et engage à la discussion", explique-t-il.

Cuisinier depuis 35 ans, ce n'est que depuis sept ans que Dominique Ménager travaille sur la décoration culinaire. Une passion qu'il s'est découvert en préparant un buffet pour le mariage d'amis. Dans la foulée, il suit une formation puis crée sa propre société Décorateur culinaire dans laquelle il est seul. "Cela fait deux ans que j'ai arrêté mon activité de cuisinier pour m'y consacrer pleinement", précise-t-il. Avec un vrai succès puisqu'il a remporté le World culinaires. Au-delà du prestige, le marché est là. "J'arrive à en vivre", assure le primeur, convaincu que cette activité va se développer.

Formation et évènementiel

"La sculpture à un impact sur le métier de primeur, elle permet de mettre en valeur le produit", souligne Dominique Ménager. Il compte bien sur ce tour de France pour se faire connaître. "Nous sommes dans des MIN (ndlr : marché d'intérêt national), et il y a tous les détaillants. A Bordeaux, j'en ai rencontré un qui possède trois magasins et serait intéressé pour que je forme ses salariés", détaille-t-il. La formation est l'un des deux pans de l'activité de Dominique Ménager. Depuis le début de l'année, ce sont 45 personnes qui ont été initiées à la décoration culinaire par le sculpteur bas-alpin.

L'autre axe de développement est celui autour de l'évènementiel. Dominique Ménager a notamment œuvré à l'Elysée le 1er mai dernier. "Généralement je réalise deux ou trois grosses prestations puis ensuite ce sont des mariages ou baptêmes chaque week-end", détaille-t-il. Avec ce tour de France, il espère trouver des clients professionnels. "Une ville qui refait son MIN semble intéressée pour mettre des sculptures en avant, les entreprises qui subventionnent l'évènement peuvent aussi être des clients pour la suite", explique-t-il.

Alors que le Tour de France des primeurs arrive dans la région Sud, après déjà neuf étapes, Dominique Ménager se dit d'ores et déjà ravi, même s'il n'a pas pu être partout à cause de son calendrier professionnel. "Je suis pleinement satisfait, cela m'a permis de faire beaucoup de rencontres et je suis persuadé qu'il y aura beaucoup de retombées indirectes", se réjouit-il. La notoriété est un enjeu clef pour le primeur. Car au-delà de son activité personnelle, il espère aussi que la décoration culinaire saura séduire de nouveaux adeptes qui voudront s'y essayer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :