La SIFAM, un développement à toute allure

 |   |  659  mots
(Crédits : DR)
Lancement de trois nouvelles marques, ouverture de filiales, automatisation complète de sa logistique, l'entreprise familiale, basée à Saint Laurent du Var et spécialisée dans la distribution de produits consommables et accessoires pour les deux-roues motorisées accélère. Sur tous les fronts.

Sans coup férir, la SIFAM (pour Société industrielle de fourniture d'articles pour motos) trace sa route sur le secteur des deux-roues motorisées. Fondée en 1994, la PME familiale spécialisée dans la distribution de pièces et d'accessoires pour motos et motards, occupe aujourd'hui, en termes de volume de vente, 6% du marché global français de la pièce détachée pour motos, et annonce 130 000 colis expédiés en 2018. La clé de son succès ? "La qualité et la rapidité du service, la diversité des produits proposés et l'adaptabilité au marché", avance son fondateur, Pierre Manuel, dont la stratégie pour "sortir de la marge" consiste à miser "sur le volume plutôt que sur les prix". Ce triptyque qui se veut "gagnant" a permis à la société azuréenne de 90 personnes de prendre de la vitesse jusqu'à engranger en 2018 un chiffre d'affaires (consolidé) de 16 M€, en progression de 18% par rapport à l'exercice précédent. Une croissance portée notamment par le lancement de trois nouvelles marques, Electhium, Ozone et surtout Swap's Industry dont le premier produit - un casque pour le cross - a été particulièrement bien accueilli, "au-delà de nos espérances", sourit Jean-Luc Manuel, fils de Pierre et directeur administratif et financier du groupe.

Près de 40 000 références

Car si la SIFAM distribue plus d'une trentaine de marques de référence, elle a aussi développé ses propres gammes de pièces et accessoires, designées et marketées en interne. Ainsi en est-il de la marque Kyoto, dès 2000, consacrée aux consommables et notamment aux batteries, produit leader de l'entreprise (toutes marques confondues) qui avec Electhium s'invite dorénavant sur le marché du lithium. Puis, en 2012, la PME s'attaque à l'équipement du motard (vêtements et protections) avec la ligne S-Line que les nouvelles marques Swap's Industry et Ozone viennent donc compléter avec une offre positionnée sur le segment du cross pour la première, sur les casques à petits prix pour la seconde. Des gammes qu'il s'agit désormais d'étoffer. Toutefois, "d'autres marques vont suivre prochainement, notamment sur le sujet du moteur hybride, afin répondre aux besoins que nous remontent nos clients professionnels" indique Christophe Manuel, l'autre fils de Pierre et directeur produit du groupe, qui poursuit par ailleurs son travail de sourcing afin d'élargir un catalogue déjà fort de 39 000 références.

Automatisation de sa chaîne logistique

Présente dans 24 pays, la SIFAM compte des filiales de distribution en France, en Italie, en Suisse et, depuis 2018, en Russie, ainsi que "des filiales partenaires" en Espagne, au Portugal et bientôt en Allemagne. "C'est notre prochaine cible export", relève Jean-Luc Manuel, qu'il s'agira de livrer, comme tous les autres pays adressés, depuis Saint Laurent du Var. Le groupe y dispose d'une surface de stockage de plus de 5000 m² déjà en grande partie automatisé (convoyeurs et transtockeur). "40% des commandes nous parviennent entre 16h et 17h30 pour des livraisons attendues le lendemain avant midi (pour l'Hexagone, NDLR), ce qui suppose une certaine organisation logistique". Laquelle est en cours d'amélioration avec l'automatisation complète de ses chaînes de traitement des commandes et d'emballage. "L'objectif est de passer de 800 colis par jour à 600 colis par heure", détaille Pierre Manuel. Le hic, car il y en a toujours un, c'est le manque de place qui, très vite, risque de gripper ce ballet si bien rodé et donc d'impacter le développement de la société. Laquelle s'est lancée dans la recherche active d'un site secondaire, de 3 000 à 7000 m², dans les départements du Var, du Vaucluse ou des Bouches-du-Rhône. Les Alpes-Maritimes étant hors-jeu au regard de son manque de foncier disponible et de sa cherté. Entre 15 et 20 emplois devraient y être créés. En attendant, le groupe entend étoffer son effectif de profils notamment de caristes, de préparateurs de commande et d'ingénieurs informaticien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :