Quand les équipements pour enfants de Welcome Family séduisent McDonald

 |   |  728  mots
(Crédits : WelcomeFamily)
La PME basée à Aix-en-Provence propose aux mondes de l'hôtellerie et de la restauration des équipements et jouets pour les enfants. Elle vise désormais un développement à l'étranger, en Angleterre, en Espagne et aux Etats-Unis.

Lit trop grand ou chaise trop petite... Le genre de tracas que l'on peut rencontrer en se rendant dans un hôtel ou un restaurant avec des enfants en bas âge. Des petits inconforts qui se sont transformés en une grande idée pour Frédéric Martz. Ce "serial entrepreneur", comme il se définit, propose aux professionnels des équipements et jouets pour enfants. "C'est un ami en voyage à l'étranger qui m'a fait part de la différence dans l'accueil des enfants entre la France et l'étranger. Nous avons voulu nous lancer", raconte-t-il. A l'époque, Frédéric Martz travaille à son compte dans l'objet publicitaire. "J'ai trouvé l'idée bonne, mais je ne voulais pas que cela débouche sur un produit marketing de plus et que ce ne soit qu'un coup d'essai", poursuit-il. De ce constat, il crée Welcome Family en 2011, avec Laurent Guillou et Philippe Shi. "Nous sommes les seuls dans le monde à proposer une telle offre ", assure-t-il.

Basée au Tholonet, à côté d'Aix-en-Provence, l'entreprise qui compte aujourd'hui 8 salariés distribue donc des équipements, comme un lit parapluie ou un rehausseur, et des jouets, tels que des crayons de couleur par exemple. "Tout pour aider au bien-être des parents", résume Frédéric Martz. Sa cible : les professionnels. Pour répondre à leurs besoins, Welcome Family a créé sa propre gamme de produit.

"L'usage n'est pas domestique, il faut proposer des biens faciles à nettoyer, avec un faible encombrement et résistant", explique le dirigeant. Difficile donc pour un professionnel de se fournir dans les commerces classiques. Pour les jouets en revanche, l'entreprise en distribue sous licence. "C'est incontournable, mais nous en vendons de moins en moins", se réjouit le Frédéric Martz. Pour réussir à innover dans son offre, Welcome Family ne peut pas compter sur une branche de recherche et développement dédiée. "Nous sommes un service mutualisé, tout le monde participe".

Des indépendants aux grandes chaînes

Pour se développer, Welcome Family a d'abord misé sur le secteur de la restauration. "Nous avons commencé avec des indépendants en faisant du porte-à-porte dans la région, par facilité, puis petit à petit nous avons contractualisé avec des chaînes", détaille l'entrepreneur. On retrouve les produits de la PME aixoise chez Grill Courtepaille ou McDonald. Une chaise spéciale a même été conçu pour le géant américain de la restauration. Difficile de passer à côté avec leur rouge vif et courbes reprenant le M emblématique.

Pour ce qui est des hôtels, l'entrée sur ce marché s'est fait grâce à un partenariat avec Accor (Ibis, Adagio...). De quoi élargir la force de proposition, même si  ce secteur reste minoritaire puisqu'il ne représente que 30 % de l'activité. Et il ne sera pas une cible pour les velléités internationales de Frédéric Martz. "Grâce à Accor nous sommes déjà un peu dans l'hôtellerie à l'étranger, nous allons nous concentrer sur la restauration".

Accélération à l'international

Depuis septembre, Welcome Family s'est lancée en Espagne, avec une personne à Barcelone, et surtout en Angleterre. "Notre site est devenu multilingue, le Royaume-Uni est un marché obligatoire car cela permet de traduire notre site en anglais ce qui est la première brique pour l'international et nous permet de faire un pont vers les Etats-Unis". La société provençale était déjà présente Outre-Atlantique, grâce avec son contrat avec McDonald, mais cette fois elle teste une offre globale.

L'autre grand enjeu est de s'adapter aux tendances de la RSE. "C'est le sujet de la rentré"e, assure Frédéric Martz. "Nous allons suivre une formation sur ce thème". Dans la gestion du quotidien, cela se traduit par le rapatriement de la production en France, elle est actuellement en Asie, et l'utilisation de produits recyclables comme du carton pour les jouets memory "afin de sortir du plastique". Des impératifs à concilier avec des tarifs qui doivent rester abordables pour les jouets notamment. Sur l'équipement, l'offre devrait tendre vers le haut de gamme sur certains produits comme la chaise haute. Avec ces évolutions, Frédéric Martz espère atteindre 10 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici 3 ans, contre 4M€ en 2018. Les tracas des uns font le bonheur des autres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :