La chasse aux mines, terrain d'innovation pour ECA Group

 |   |  661  mots
(Crédits : DR)
En remportant un contrat d'un montant de 450 millions d'euros avec les marines belge et néerlandaise, l'ETI basée à La Garde, dans le Var et spécialiste de la robotique, confirme sa position de leader en matière de drones, notamment les drones navals.

C'est le résultat d'une synergie qui dure depuis près de 50 ans, initiée lorsque ECA Group, née en 1936, se voit confier la réalisation d'un modèle libre de sous-marin et qui s'est poursuivie notamment avec la mise au point d'un robot filoguidé de déminage, vendu ensuite dans une trentaine de pays. En remportant un contrat d'un montant de 450 M€ avec les marines belge et néerlandaise, en association avec Naval Group, ECA Group confirme donc son expertise en matière de drones. L'ETI, spécialiste des drones sous-marins, a développé des compétences sur tous types d'appareils, ce qui lui permet aujourd'hui de revendiquer la maîtrise des drones aussi bien navals, aériens que de surface. Ce qui en fait sa différenciation sur un marché très concurrentiel.

Conforter l'attractivité

C'est spécifiquement pour la chasse aux mines que le consortium a été choisi, fournissant douze navires - 6 dédiés à la marine belge, 6 à la marine hollandaise -

équipés d'une centaine de drones, le programme s'étalant sur dix ans. Une reconnaissance qui est surtout le résultat de "plusieurs années de R&D", souligne François Falcou. "Nous innovons en permanence", précise le directeur d'ECA Robotics, la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :