Les infrastructures et la smart city, axes de croissance pour TPF Ingénierie

 |   |  600  mots
TPF Ingénierie vient de remporter, via sa filiale Sealar, la gestion de l’aéroport de Poitiers-Biard pour une durée de douze ans. Elle intervient également dans la gestion de l'extension de l'aéroport Nice Côte d'Azur.
TPF Ingénierie vient de remporter, via sa filiale Sealar, la gestion de l’aéroport de Poitiers-Biard pour une durée de douze ans. Elle intervient également dans la gestion de l'extension de l'aéroport Nice Côte d'Azur. (Crédits : Stéphane Aurel)
Spécialisée en ingénierie, l'entreprise installée à Marseille, sous l'impulsion de son nouveau dirigeant, William Meynard, retrouve son coeur de métier. Et sert les grands projets de mobilité, de santé et de ville intelligente dans l'Hexagone, avec de premiers pas à l'export.

Le retour aux fondamentaux, c'est le choix pris par William Meynard lorsque celui-ci accède à la présidence, voici un an. TPF Ingénierie, cet ingénieur en génie civil et urbanisme la connaît bien puisque c'est au sein de celle qui s'appelait alors Beterem qu'il fourbit ses premières armes professionnelles. Revenu au sein du groupe en 2009, il ne sait pas encore que dix ans plus tard, c'est lui qui présidera aux destinées de cette PME de 500 collaborateurs, générant en 2019, 46 M€ de chiffre d'affaires.

Au coeur des territoires

Le choix de revenir au cœur de métier - c'est-à-dire le bâtimentaire et les infrastructures - est stratégique pour une entreprise qui est sollicitée sur des projets très variés, allant de la logistique à la santé, du tertiaire à l'hôtellerie de luxe. Une diversité structurée notamment via 5 filiales. Secmo pour les bâtiments d'exception, ICR qui concerne uniquement l'île de la Réunion, IM-PACT, issue du rachat d'une jeune startup qui valorise la technologie du BIM, MIPI s'intéressant aux projets immobiliers.

Mais c'est vers l'aéroportuaire également que TPF Ingénierie apporte sa connaissance du secteur. Avec la CCI Marseille Provence, elle vient, via sa société sœur Sealar de créer un joint-venture et de remporter la gestion de l'aéroport de Poitiers-Biard pour une durée de douze ans. "Notre positionnement est d'aller sur des DSP concernant des plateformes aéroportuaires  régionales, dont le trafic est compris entre 1 à 2 millions de passagers. Nous le faisons avec des partenaires, chambre de commerce et d'industrie ou d'autres acteurs économiques", explique William Meynard. "Nous sommes dans une logique de développement du territoire. Nous nous qualifions d'ingénieur de proximité". L'aéroportuaire où la PME marseillaise est aussi présente, notamment via l'extension du Terminal 2 de l'aéroport Nice Côte d'Azur ou le nouveau terminal de l'aéroport de Montpellier Méditerranée.

C'est également cette dimension de proximité et de technicité qui le permet de se positionner sur les besoins de la ville intelligente. A Dijon, elle fait partie du consortium mené par Bouygues et Citelum pour déployer Ondijon, le projet smart city de la ville, projet de 105 M€ et qui réunit 24 communes. Une expertise qui lui fait aussi traverser la Méditerranée pour installer à Agadir une première brique smart city, un système de vidéosurveillance.

Les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :