Rodolphe Saadé, l'armateur stratège qui transforme CMA CGM

 |   |  714  mots
(Crédits : DR)
Il a placé ses pas dans celui de son père, Jacques. Capitaine du navire qu'est celle que l'on appelle souvent facilement, par raccourci CMA, le PDG du groupe basé à Marseille a embarqué la compagnie maritime dans une révolution verte. La création d'une coalition internationale pour engager l'ensemble de la filière maritime et logistique dans la transition énergétique est d'ailleurs l'une des briques de la stratégie.

Sur la scène des Assises de la Mer, le "oui" franc et massif d'Emmanuel Macron à la proposition de Rodolphe Saadé restera comme la petite anecdote dans le grand moment qui est alors en train de se produire. Car le vrai événement ce 3 décembre, c'est l'annonce de la création d'une coalition internationale qui a l'objectif de rassembler les différents acteurs et de travailler, échanger sur ce que seront les énergies de demain. Néanmoins, c'est donc le Président de la République qui devrait présider le Forum dédié, premier du genre, organisé en juin à Marseille.

Vision transversale

L'idée de la coalition est de réunir l'ensemble des acteurs constituant des maillons de la chaîne, qu'ils soient transporteurs maritimes, aériens et terrestres, logisticiens, énergéticiens, motoristes. Une vision transversale du sujet et non plus en silo qui doit permettre aux solutions existantes et à venir de prendre leur place rapidement. D'ailleurs cette coalition est également portée par le cluster maritime français et l'Ademe, ainsi que Bureau Veritas.

Une initiative qui constitue de la part de CMA CGM une suite assez logique aux engagements déjà effectués en matière de transport le moins polluant possible. Il y a eu voici quelques semaines, la décision de ne plus emprunter les Routes du Nord, une première dans le secteur maritime, qui depuis a donné des idées à d'autres. Il y a eu aussi ce test fait en biocarburant constitué d'huiles végétales recyclées et de résidus forestiers, prometteur avec sa capacité à réduire de 80 % les émissions de CO2 sur l'ensemble du cycle de vie. Il y a également le Fleet Center, qui gère, à distance et avec intelligence les 506 navires, optimisant les routes tout en répondant aux besoins d'efficacité opérationnelle et d'optimisation de la consommation de carburant.

R&D perpétuelle

Si la question énergétique s'impose dans le monde maritime, Rodolphe Saadé semble avoir senti très tôt tout le potentiel qu'il y avait à s'intéresser de près au GNL. Car c'est il y a 7 ans que CMA CGM se met à étudier les potentialités du Gaz Naturel liquéfié. Et l'annonce, faite ce 4 décembre, du choix de Total pour la fourniture du carburant des futurs porte-conteneurs sur la plateforme de Fos est un geste fort pour tout le secteur, agissant comme un signal. Car CMA CGM, sur ce sujet, est précurseur. "Nous avons travaillé sur le GNL en R&D depuis longtemps", rappelle Farid Trad, responsable bunkering. "Il y avait donc le terreau en interne, il ne manquait plus que les infrastructures". Chose faite avec Total, qui pour le coup, crée un avitailleur sur-mesure. "L'idée est de créer un marché", ajoute Farid Trad. "Il existe d'autres produits, comme le biofuel. La volonté est d'industrialiser tout cela".

"Les shippers doivent absorber le Capex", souligne pour sa part Xavier Leclercq, responsable de la flotte en propriété. Car vouloir s'engager réellement dans la transition énergétique et opter pour des solutions nouvelles, cela a un coût. Un risque mesuré mais un risque tout de même. Car, qui plus est, CMA CGM choisit d'appliquer ce nouveau carburant pour des navires à l'envergure internationale et effectuant par définition des trajets de longue distance. "Nous travaillons par ailleurs l'hydrodynamisme des bateaux", indique Farid Trad.

En se positionnant le premier - et en le faisant de manière la plus large possible - Rodolphe Saadé démontre sa capacité à être visionnaire, comme l'avait été avant lui son père Jacques Saadé, qui avait "senti" l'émergence du continent asiatique. "Dans le monde maritime, on nous regarde", dit Xavier Leclercq. Et c'est évidemment bon signe. "Ces solutions énergétiques nous permettent de répondre aux besoins de nos clients, désireux de trouver des solutions décarbonnées". Pour conserver sa vitesse de croisière sur ce sujet, CMA CGM travaille aussi sur d'autres carburants possibles comme l'ammoniaque ou le méthanol. "Nous ouvrons une nouvelle voie", estime Farid Trad. Et avec son capitaine-PDG en pilote fin stratège, CMA CGM prend des positions de leardship qui lui donnent, de fait, une nouvelle dimension. Plus verte certes, mais plus business aussi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :