Eric Leandri : "Qwant continue ses projets, levée de fonds y compris"

 |   |  726  mots
(Crédits : BrianDeHalgouet)
Sous le feu des interrogations et des informations annonçant pêle-mêle, une inquiétude de la part des actionnaires, le départ du nouveau DG, Tristan Nitot et du fondateur lui-même, Eric Leandri continue d'assurer que tout va bien et que les projets du moteur de recherche français dans les tuyaux seront bientôt réalité, esprits chagrins ou pas.

Où en est Qwant ?

Nous sommes en train de finaliser nos accords, dont ceux concernant la levée de fonds, malgré les tentatives de déstabilisation que nous encaissons depuis plusieurs semaines. Certains essaient de nous diviser mais ça ne fonctionne pas.Les échanges avec les services de l'Etat se sont bien passés même s'il leur appartient de rendre publiques leurs conclusions. Il n'est plus possible de douter du fait que Qwant dispose de sa propre technologie de moteur de recherche.

Vous estimez donc qu'une entreprise de déstabilisation vous vise ?

Certains articles parus dernièrement ont pu atteindre du monde et nuire à notre réputation. Nous avons dû poursuivre notamment en diffamation ceux qui allaient trop loin avec une mauvaise foi manifeste. Ce sont des actions de déstabilisation venues de l'extérieur avec parfois la complicité de manœuvres internes. Deux ex-salariés qui ont diffusé des informations confidentielles sont devant la justice. Les équipes de Qwant et moi-même aurions préféré qu'on nous laisse travailler sur nos projets : faire un moteur de recherche européen respectueux de la vie privée nécessite de pouvoir se concentrer !

Tristan Nitot, nommé directeur général en septembre dernier, est-il sur le départ ?

Pas du tout. Tristan Nitot est un très bon communicant avec une expérience reconnue dans le numérique et le succès que l'on connait avec Firefox. Nous avons maintenant besoin d'une direction axée sur la monétisation qui connaît parfaitement le pilotage financier d'une entreprise. Tristan gère ce qu'il sait gérer le mieux. Il a un bel avenir chez Qwant.

Les actionnaires de Qwant souhaitent-ils votre départ ?

Nous travaillons à une nouvelle gouvernance afin d'accélérer sur la commercialisation. Je me donne à 1000 % sur tous les fronts depuis huit ans, depuis la création de Qwant en 2011. Vous pouvez imaginer que j'ai, moi aussi, besoin de me poser et prendre de la hauteur. J'ai envie de me consacrer à la stratégie et à poursuivre la construction de notre vision, ce qui est essentiel compte tenu de nos enjeux et de l'environnement qui est le nôtre. Si l'opérationnel est géré par une gouvernance optimisée, cela me va très bien.

L'article paru hier 4 décembre dans le Canard Enchaîné évoque une short-list qui fait état de deux candidats potentiels pour prendre la tête de la gouvernance, un homme et une femme. Cette information est donc juste ?

J'ai participé à la constitution de cette short-list, donc bien sûr que je suis au courant. Je le répète, nous avons décidé de nous doter d'une gouvernance qui travaille sur la monétisation.

Où en est la levée de fonds ?

Les critiques parues ces dernières semaines n'ont pas plu à certains investisseurs, ce qui a retardé la levée de fonds. Mais celle-ci est toujours d'actualité et nous continuons les échanges avec les investisseurs potentiels.

Où en est le projet d'installer Qwant Art à Cannes ?

Ce projet (annoncé durant le 72ème Festival de Cannes en mai dernier prévoit d'occuper 810 m2 dans un bâtiment a acquérir et dont la Ville de Cannes est propriétaire NDLR) est décalé à cause de la levée de fonds qui a pris du retard. Nous avons proposé que le lieu soit acheté par un autre acquéreur en conservant l'objectif de notre projet Qwant à Cannes.

Le projet d'installation dans de nouveaux locaux à Nice est-il toujours d'actualité ?

Il l'est. Nous nous installons comme prévu au sein de l'immeuble qui abrite la FNAC. L'inauguration est prévue le 20 décembre.

Quelle est la part de marché détenue par Qwant aujourd'hui ?

Nous détenons 4 % de parts de marché. Mais dès que l'Etat annoncera sa bascule sur Qwant cela devrait encore progresser et atteindre 10 %. Pour rappel Qwant est le moteur de recherche officiel de 11 académies sur 17, de 9 régions sur 13 et 16 entreprises du CAC 40 nous ont également choisis. Nous avons par ailleurs enregistré une croissance de +28 % entre octobre et novembre. Nous regardons aussi vers l'Allemagne et l'Italie. Outre la montée en puissance de notre moteur de recherche et la monétisation pour lesquelles les bases sont désormais solides, nous n'avons jamais autant engrangé de demandes et de projets à étudier, il nous faut choisir nos priorités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2019 à 5:42 :
Notre très petite entreprise utlise Firefox depuis toujours et Qwant depuis plus d'un an. La qualité des résultats est peut-être moindre que Google (je n'en sais rien puisque nous n'allons plus sur Google) mais elle est satisfaisante pour l'usage que nous faisons quotidiennement. Soutenir la R&D en France, consommer local est notre salut à tous.
a écrit le 06/12/2019 à 15:58 :
Qwant deviendrait le moteur du ministère de la Défense en France, mais il serait sur le cloud de Microsoft, c'est-à-dire celui de la Défence américaine. Est-ce conforme à l'idée qu'il faut se faire de l'indépendance vis à vis des USA?
Réponse de le 07/12/2019 à 8:42 :
Ce message est farfelu, il y avait un accord entre Microsoft et Qwant sur l’utilisatation de Bing, pas d’Azure.
a écrit le 06/12/2019 à 15:28 :
Je suis utilisateur de Qwant mais je dois dire que cela m'a pris du temps à me déshabituer de cliquer systématiquement sur Google, par ailleurs, la richesse dans les résultats de ce dernier me semble toujours supérieure. Enfin, en entreprise, en tout cas dans l'univers des PME, je vois que l'on ne connait que Google, éventuellement Firefox mais Qwant jamais puisqu'il est quasi inconnu de l'homme de la rue: donc on se pose la question de sa pérénité car pour durer ne faut il pas viser 30-40% de part de marché en Europe et une grosse notoriété ?
Réponse de le 07/12/2019 à 8:48 :
Si vous mettez 10 résultats par page pour qwant et 20 pour Google,, les recherche Google seront plus riches. Si vous faites l’inverse, les recherches qwant sont plus riches.
Tout le monde connaît Qwant. Après, il faut que Qwant gagne de l’argent, c’est tout.
Réponse de le 07/12/2019 à 9:48 :
Pour une utilisation domestique j'ai adopté Qwant depuis un certain temps et il suffit largement à couvrir mes besoins en une seule page.
Réponse de le 07/12/2019 à 13:03 :
Je partage votre sentiment sur Qwant.

Ma TTPE utilise Qwant, Firefox, Thunderbird et Libre-office en interne mais je suis parfois obligé de retourner sur MS office pour certains clients.

Pour math.
Oui, il vaudrait mieux que Qwant gagne de l'argent mais il(elle?) est en plein développement et comme chacun sait, les ados, çà bouffe!

Il est d'un intérêt certain pour ceux qui aiment la liberté non surveillée que ces logiciels, indépendants des gafa et des gouvernements étrangers s'implantent solidement.

L’idéal serait que chacun des utilisateurs considère comme un dû de donner, ne serait ce que 5 € par an pour préserver leur indépendance et leur développement.
a écrit le 06/12/2019 à 14:53 :
Si c'est Google qui met de la pression c'est mauvais signe en ce qui concerne sa capacité d'évoluer confirmant l'adage, plus on possède et plus on est possédé.

Pourquoi pas un lien même petit avec le fait que deux patrons du géant veulent se mettre en retrait...
a écrit le 06/12/2019 à 14:06 :
Qwant est un superbe outil technologique, une initiative française magnifique et d'origine française. Formidable reussite française qui peut concurrencer Google search , Firefox, Bing, ... . Vive le numerique français !
Réponse de le 06/12/2019 à 19:08 :
Firefox n'est pas un moteur de recherche mais un navigateur web ;)
Réponse de le 06/12/2019 à 20:58 :
Il y a erreur concernant Firefox. Il s'agit d'un navigateur web et non d'un moteur de recherche web.
D'ailleurs Firefox a une grande importance dans l'écosystème numérique actuel, car il est le seul navigateur à ne pas être basé sur le moteur de rendu Blink ou son cousin Webkit développés respectivement par Google (pour Chrome) et Apple (pour Safari). Microsoft Edge dans sa future version sera lui aussi basé sur Blink... ce qui laisse les coudées franches à Google pour imposer les futures normes de l'Internet. Sauf si un nombre suffisant d'internautes utilise Firefox à la place de Chrome, Edge, Brave, Opera, Vivaldi ou autre.
Réponse de le 07/12/2019 à 8:55 :
Qwant propose son propre navigateur. Il n’est plus basé sur Firefox. Les actions de Microsoft sur Edge sont des échecs coûteux. Restent Safari, Chrome et Firefox, tous étrangers à l’Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :