Comment Edenred, spécialiste du titre-restautant, cultive sa stratégie RSE

 |   |  663  mots
(Crédits : DR)
Le spécialiste du titre-restaurant vient de finir un tour de France, passé entre autres par Marseille, afin de promouvoir une action de solidarité avec la Croix Rouge française, dont il est partenaire depuis près de vingt ans. Une action visible, sur le terrain, qui s'inscrit dans la politique de responsabilité sociale et environnementale du groupe qui revendique 140 000 entreprises clientes dans l'Hexagone.

Quand on est un grand groupe de 1 200 salariés et que l'on revendique 6 millions de salariés utilisateurs, la RSE fit forcément partie de la politique maison. Certes la responsabilité sociale et environnementale a pris du temps pour intégrer les stratégies des entreprises mais chez Edenred on revendique l'intérêt pour le sujet, la volonté étant de contribuer à faire "du monde du travail un monde meilleur pour tous".

Le don pour nourrir l'écosytème

Né en 1962, le créateur du fameux Ticket Resto vient tout juste de terminer un roadtrip dans diverses grands villes françaises, dont Toulouse, Paris, Lyon, Lille, Strasbourg et Marseille. Une sorte de tour de France qui avait pour but de promouvoir une action le liant avec la Croix Rouge. Les deux entités sont partenaires depuis 2002 autour d'une opération baptisée "Restaurons la solidarité", qui permet aux utilisateurs Edenred de faire un don à l'association. Une opération réitérée donc cette année et qui a connu un succès record en 2018, récoltant 1,120 M€. Une somme conséquente à laquelle a contribué fortement le digital puisque les dons via la carte dématérialisée y ont contribué à hauteur de 64 %, soit 700 000 euros. Ce qui a permis à la Croix Rouge de distribuer grâce aux titres-restaurants, 28 500 tonnes de denrées alimentaires ce qui équivaut à 57 millions de repas.

L'impact du digital constitue d'ailleurs une bonne surprise car chez Edenred, on en cache pas la crainte qui était de voir la dématérialisation freiner le don. Au final, c'est plutôt le contraire. Ce qui ne surprend pas outre mesure Antonie Tartary, le directeur commercial du groupe français qui estime que "le marché est en mouvement. Le digital crée du mouvement, du mouvement positif, la carte (plutôt que le ticket papier NDLR) permet une simplicité qui est appréciée. Les habitudes de consommation évoluent", tant que la générosité reste au menu, tout va bien.

Le digital plus "carbone friendly" que le papier

Dématérialiser c'est certes aller avec l'air du temps mais c'est aussi une obligation pour demeurer attractif. Et le passage du papier au digital n'exonère pas davantage de la question de l'impact sur l'environnement. C'est cela qu'explique encore Antonie Tartary. "Certains clients nous ont interrogés sur les sujets à vocation RSE. C'est pour cela que notre politique RSE s'articule autour de trois piliers, people, progress, planet".

Un triptyque qu'explique Marie-Céline Plourin, en charge de la RSE pour Edenred France. "L'objectif est que notre activité ait le moins d'impact possible pour l'environnement et comme cela doit être pensé quotidiennement, en interne comme en externe". Ainsi "lorsque la carte dématérialisée a été lancée, l'idée était de la rendre aussi vertueuse possible en étant attentif à l'extraction des matières premières par exemple. Et il s'est avéré que sur 2 indicateurs sur 3, la carte émet moins de Co2 que le papier". Si le sujet concerne avant tout la production, il est aussi question du traitement après utilisation. Du recyclage, en clair. Pour cela, le groupe s'est rapproché de Bigarren Bizi, une jeune entreprise innovante basée à Bidart, en Nouvelle-Aquitaine, et qui a mis au point une solution de recyclage des cartes électroniques en fin de vie, capable de séparer les métaux et les polymères.

Avec une entreprise issue de l'ESS, elle aide également les restaurants à être plus vertueux, notamment dans la gestion des stocks.

C'est aussi avec le Réseau de Cocagne via le programme "30 000 paniers solidaires" que le groupe contribue à ce qu'elle présente comme sa "contribution à une alimentation saine" envers les familles à faible revenus. En 2019, Edenred a obtenu la note de 68/100 au questionnaire Ecovadis, qui note les impacts RSE en terme d'environnement, d'achats responsables, de social et d'éthique. Engagée dans la réduction des gaz à effet de serre depuis 2013, le groupe envisage une réduction de ces derniers de -52 % à horizon 2030.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2019 à 15:45 :
Une ancienne petite filiale du groupe Accor qui pèse aujourd'hui en bourse aussi lourd que son ex maison mère et qui devrait la dépasser dans les années à venir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :