Comment le Negresco entend traverser le XXIe siècle

 |   |  790  mots
Lionel Servant dirige le Negresco depuis novembre dernier.
Lionel Servant dirige le Negresco depuis novembre dernier. (Crédits : Marie Genin)
A la tête de l’iconique palace niçois depuis l’automne dernier, Lionel Servant s’engage sur une ligne de crête, entre modernisation et conservation du patrimoine. Avec comme impératif d’assurer son indépendance financière pour perpétuer l’esprit de Jeanne Augier, son ancienne propriétaire.

C'est au sein du bar anglais aux boiseries en noyer du Negresco que Lionel Servant reçoit. Silhouette élancée, sourire avenant, l'homme dirige depuis cet automne le mythique établissement hôtelier niçois : "Un hôtel atypique comme il en existe peu dans le monde", insiste-t-il. Il faut dire qu'avec ses 6 000 œuvres d'art retraçant les grandes périodes de la France de Louis XIII à nos jours, collectionnées sur le long cours par son ancienne propriétaire Jeanne Augier, décédée en janvier 2019, la maison aux 125 chambres et suites érigée en 1912 détonne face aux produits plus ou moins standardisés et épurés du secteur, entretenant une ambiance où "l'histoire transpire", accentuée par l'accueil d'hôtes des plus prestigieux, de Salvador Dali aux Beatles, de Harry Truman à Xi Jinping.

Tout ceci contribue au rayonnement de la marque Negresco, particulièrement influente sur la clientèle française. "Contrairement à d'autres grandes maisons de la Côte d'Azur, le marché français tient une place importante chez nous. Il arrive en deuxième position, après les Etats-Unis et avant la Russie et la Grande Bretagne." Une marque inscrite à l'INPI qu'il s'agit de "conserver" - le dirigeant entend...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :