Beuchat sort de l’eau et ça sert son développement

 |   |  656  mots
(Crédits : DR)
Marque historique des équipements de plongée, la PME marseillaise utilise désormais son outil de production pour des entreprises issues d’autres secteurs. Une diversification que Christophe Margnat, le président de la société, veut développer et qui pourrait même devenir l’activité principale du groupe à terme.

C'est en tant que passionné de plongée que Christophe Margnat rejoint Beuchat au début des années 2000. Rapidement, il en devient l'actionnaire majoritaire. La PME marseillaise spécialisée dans les équipements de plongée traverse alors une crise avec plusieurs années de pertes. "Nous étions proches du passage par le tribunal de commerce à l'époque", raconte le dirigeant. La société fondée en 1934 est un acteur historique des activités liées à la plongée, elle est notamment à l'origine de l'arbalète sous-marine ou du masque Compensator ou encore des combinaisons en néoprène.

L'objectif est donc de mettre en place un plan de redressement. "Nous avons décidé de nous concentrer sur l'ADN de la marque, à savoir les masques et les combinaisons, et de délaisser les produits techniques de la plongée en bouteille",...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2020 à 9:18 :
En effet diversifier son économie est une sécurité évidente maintenant attention, au sein d'une économie financiarisée les outils de production viennent après les paradis fiscaux, de ce fait on voit souvent des petits patrons demander à leurs employés d'être plus productif avec du matériel de plus en plus vieillissant et rincé, il y a là une contradiction économique majeur impactant tout les salariés et les propriétaires des outils de production.

Ils sont tellement repus à acheter du bangladais à 80 balles par mois pour brûler dans leurs usines qu'ils ne savent même plus entretenir des machines. Je fais partie de ceux à qui petits on affirmait que la robotisation allait bouleverser le travail permettant de faire les travaux les plus durs et me retrouve dans un système dans lequel on préfère investir dans des esclaves humains.

La chute est brutale quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :