Luxe, art de vivre et développement durable : le triptyque de Lavandière de Provence

 |  | 760 mots
(Crédits : DR)
Installée à Marseille, cette entreprise cosmétique a été conçue pour l’export. Pour s’imposer, elle fait le pari d’un positionnement haut-de-gamme, met en avant de l’art de vivre à la provençale et tient à minimiser son empreinte environnementale, visant à terme "l’impact positif".

C'est une entreprise façonnée pour l'export. D'abord parce que le marché français des cosmétiques est restreint et très concurrentiel. Ensuite parce qu'elle a été fondée par un binôme franco-sudédois, en faisant une entreprise française à ADN international.

Le binôme, c'est Cyril Gombert, biologiste marseillais spécialiste du développement durable, et Jeanette Borgström, ancienne avocate d'affaires à Stockholm. Passionnée par l'art de vivre provençal, elle sait précisément ce qu'attendent les Scandinaves des produits français. Les parfums, l'authenticité provençales font recette, certes. Mais il ne faut pas négliger la forme. Ils aiment les flacons rappelant le luxe parisien. C'est pour cette raison que l'entreprise se fournit auprès d'un fabricant milanais et a opté pour un design moderne à la suédoise. Un design qui reprend les codes du luxe, la marque voulant se positionner sur ce...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :