EasyGaN entre en phase de tests industriels

 |  | 532 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
La spin-off du CRHEA, basée à Sophia Antipolis, sort du laboratoire pour entrer en phase de tests industriels grâce à la fabrication d’un premier substrat dit template de Nitrure d’Aluminium sur Silicium adapté au parc de production des composants électroniques. Une étape clé pour la jeune pousse technologique, la filière GaN-sur-Silicium et plus largement le développement des écotechnologies.

EasyGaN va-t-elle tenir ses promesses ? L'annonce, à l'été, du développement des premiers prototypes de template (ou substrat) de Nitrure d'Aluminium (AIN) sur Silicium de 200 mm de diamètre, un format adapté au parc de production actuel des fabricants de composants électroniques, plaide en ce sens. "La phase de tests commence auprès d'un centre de recherche et d'un industriel français dans le cadre du projet européen Nano 2022", indique André Bonnardot, directeur général de la jeune pousse.

L'électronique de puissance dans le viseur

Fondée en 2017 par trois chercheurs, Sylvain Sergent, Fabrice Semond et Nicolas Baron,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :