SO.F.I.A Cosmétiques, la crise et ce soutien à l'export… qui n'existe pas

 |  | 844 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Le laboratoire spécialisé dans les produits cosmétiques et d'hygiène, basé à Carros, est majoritairement présent à l'export. Et c'est même sur le grand export que la PME assoit une grande part de son développement. Mis à mal par l’impossibilité – Covid-19 oblige – à aller prospecter de nouveaux marchés étrangers. Provoquant l’incompréhension de son PDG, qui dit ne pas comprendre pourquoi les PME exportatrices ne sont pas soutenues, ni financièrement, ni autrement. Heureusement, il y a l’industrie 4.0…

Aller à l'export qu'ils disaient. Il y a encore quelques mois, c'est bien le conseil avisé qui était souvent donné aux PME dynamiques : aller chercher ailleurs des relais de croissance, à l'international, sur des marchés complémentaires souvent. Cette stratégie, c'est celle de SO.F.I.A Cosmétiques. Une stratégie naturelle de par son activité, la cosmétique et l'hygiène. Et c'est d'ailleurs bien à l'international que la PME réalise la majeure part de son activité - à hauteur de 60 %, en étant présente dans 42 pays.

Mais voilà, la Covid-19 est passée par là et avec le virus, l'impossibilité d'effectuer des déplacements à l'étranger, d'aller chercher des relais de croissance sur de nouveaux marchés pour compléter ceux déjà obtenus. Un empêchement d'aller prospecter en rond qui n'est pas le premier cas du genre - même si avec le coronavirus l'ampleur est plus grande - il y a avait déjà eu l'embargo posé il y a deux ans avec l'Iran, lequel avait empêché les alliés des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :