In’oya part à la conquête du marché africain (et c’est aussi grâce au confinement)

 |  | 797 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
A Gardanne, cette entreprise conçoit des cosmétiques pour les peaux noires, mates et métissées. Après avoir pris ses marques sur le marché français, elle veut prouver que son concept peut être franchisé à l’international. Et c’est par l’Afrique qu’elle commencer, là où émerge une classe moyenne désireuse de consommer et où les coûts d’installation sont moindres.

C'est depuis le Sénégal qu'Abd Haq Bengeloune, fondateur d'In'oya, apprend le reconfinement de la France, le 28 octobre dernier. Il s'y est rendu quelques jours plus tôt pour une étude de marché, lui qui n'a jamais caché son souhait d'y installer son entreprise. Plutôt que de rentrer, il fait le choix de rester sur place. L'occasion parfaite pour accélérer son projet d'implantation. « Depuis deux semaines, je fais ce que je n'aurais jamais pu faire en France où je suis souvent absorbé par le quotidien », dit-il.

Installée à Gardanne, In'Oya est créée en 2013 pour proposer des cosmétiques adaptées aux peaux foncées et aux problématiques qui leur sont propres. Elle commence par commercialiser des anti-taches puis élargit sa gamme pour fidéliser sa clientèle. Elle propose également des protections solaires, des masques à l'aloe vera et, depuis peu, un élixir s'inscrivant dans un nouveau paradigme, celui de la slow cosmétique. «

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :