Proman conforte son approche du marché de l’intérim

 |  | 835 mots
Lecture 4 min.
Roland Gomez, directeur général de l'entreprise indépendante capitalistiquement, n°4 européen de l'intérim et n°3 français.
Roland Gomez, directeur général de l'entreprise indépendante capitalistiquement, n°4 européen de l'intérim et n°3 français. (Crédits : DR)
Le n°3 français de l’emploi temporaire, basé à Manosque, poursuit sa croissance, notamment par des opérations d’acquisitions – certaines à l’étranger – qui consolident son positionnement à la fois par segment et en proximité. Recruteur officiel de la coupe du monde de rugby 2023, la PME indépendante et familiale utilise aussi tous les outils des nouvelles technologies pour moderniser à la fois l’image du secteur et fluidifier sa propre organisation.

2020 demeurera indéniablement une année particulière, quel que soit le secteur considéré. Pour celui du travail temporaire, la période a été particulièrement éprouvante, la filière étant intimement liée à des métiers ayant dû cesser toute activité.

Cependant, l'adversité est aussi parfois révélatrice de ce qui va bien ou tout du moins confirme les positionnements engagés. C'est ainsi que Roland Gomez identifie cette période déstabilisante. Lorsque 2020 débute, Proman vient tout juste de conclure un exercice 2019 atteignant 2,2 Mds€ de chiffre d'affaires, poursuivant sa croissance alors même que « le marché de l'emploi temporaire, de façon générale était en recul », tient à préciser le directeur général de la PME basée dans les Alpes de Haute-Provence.

Internationalisation structurée

2019 a en effet vu l'entreprise spécialisée dans l'emploi intérimaire réaliser des opérations de croissance externe. En Belgique avec une prise de participation majoritaire dans Rialto Recruitment, axée sur le recrutement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :