Quelle philosophie d’investissement pour Créazur ?

 |  | 739 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Apporter de l’oxygène financier aux jeunes pousses est un sujet aussi vaste que le nombre de jeunes pousses elles-mêmes. Mais c’est un sujet qui ne laisse pas indifférent les acteurs du financement plus classique. Dont le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur, dont le siège est à près de Nice et qui a constitué son propre fonds de capital-risque dès 2014. Un outil de soutien à l’innovation qui revendique un rôle de « capital patient ».

Le financement des startups est le sujet qui fait toujours parler de lui. Trous dans la raquette, stratégie, co-investissement... Les raisons de mettre le sujet sur la table sont pléthores. Et certaines, sacrément fondées.

Si on connaît mieux - bien ? - les fonds d'investissement indépendants, les fonds issus des établissement bancaires le sont peut-être moins. Il faut dire que toutes les banques n'ont pas embrassé le financement des jeunes pousses innovantes. D'autres en revanche n'ont pas ignoré la chose. C'est dans cette catégorie que se situe le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur qui a donné naissance à Créazur, son fonds de capital-risque, filiale à 100 %, dès 2014.

Viabilité éco et utilité

Logiquement, le positionnement de la banque « vient influencer la thèse d'investissement », indique Norbert Faure. Couvrant les territoires de trois départements -...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :