Laurent Lassiaz : "Nous voulons bousculer les codes du métier"

 |   |  418  mots
Laurent Lassiaz, le président du groupe Joa, compte se positionner sur le projet de création d'un casino à Marseille. Le groupe vient d'ouvrir son 22ème établissement dans la rade de Toulon.
Laurent Lassiaz, le président du groupe Joa, compte se positionner sur le projet de création d'un casino à Marseille. Le groupe vient d'ouvrir son 22ème établissement dans la rade de Toulon. (Crédits : Joseph Gobin)
En investissant 25 M€ dans un casino nouvelle génération près de Toulon, le président du groupe Joa confirme son modèle économique, celui de ne pas tout miser sur les métiers du jeu.

Vous êtes aujourd'hui le n°3 national. Quelle est votre stratégie de développement ?

Notre place de troisième opérateur français nous convient, nous n'avons pas forcément la volonté de devenir n°2 ou n°1. Ce que nous voulons, en revanche, c'est être une enseigne remarquée et notre angle d'attaque est de contribuer à changer le regard que Monsieur Toutlemonde porte sur notre métier. Aujourd'hui nous sommes propriétaires de 22 casinons en France, nous employons 1 500 collaborateurs et réalisons un chiffre d'affaires de 200 M€.

Quel est alors votre modèle économique ?

Nous mettons énormément l'accent sur les autres métiers que celui du jeu, ceux notamment de la restauration, de l'accueil, de l'événementiel. Nous innovons également sur l'architecture de nos bâtiments, plutôt à tendance contemporaine, ouverts sur le monde extérieur. La décoration également se veut contemporaine, le but étant de cibler une clientèle plus jeune que celle qui fréquente habituellement les casinos. Chez Joa, on peut jouer, danser, prendre un cours de cuisine, organiser un lancement de produit, un défilé de mode, son mariage ou un séminaire. Nous disposons également de machines en exclusivité européenne. Le casino Joa doit être un lieu pensé à la fois pour une clientèle de joueurs et pour ceux qui ne sont pas attirés par le jeu et consomment notre marque comme une destination de loisirs.

C'est ce concept qui est appliqué au nouveau casino que vous ouvrez aujourd'hui à La Seyne-sur-mer ?

Absolument. Cet établissement s'étend sur une surface de 5 000 m2 et il a nécessité un investissement de 25 M€, ce qui en fait le plus important en matière de construction de casinos. Il dispose d'une salle de machine à sous avec des exclusivités nationales et européennes, d'une machine à sous classique, d'une salle de spectacle d'une capacité de 1 200 personnes pouvant accueillir des concerts, des dîners-spectacles, des matchs de boxe, mais aussi des activités BtoB ou BtoC. Ainsi que deux restaurants, dont un comptoir et un semi-gastronomique et une salle d'exposition pour des œuvres d'art.

Quels sont vos projets dans la région Méditerranée ?

Sur cette partie du territoire, nous sommes présents depuis la Côte basque jusqu'à Antibes. Au milieu il y a Marseille. Nous sommes bien évidemment intéressés par le projet de casino et nous répondrons à l'appel d'offres lorsque celui-ci sera lancé par la municipalité. Il y a un très beau potentiel pour un casino à Marseille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :