Pourquoi le gouvernement italien vient en secours des entreprises

 |   |  592  mots
(Crédits : REMO CASILLI)
Le premier ministre Giuseppe Conte, a annoncé des mesures jamais vues auparavant pour soutenir l'économie italienne face à l'urgence du coronavirus. 200 Mds€ pour soutenir le marché intérieur, 200 Mds€ pour les exportations. Il s'agit d'une mesure extraordinaire et d'urgence, jamais vue dans l'histoire républicaine. "Une puissance de feu pour soutenir les entreprises", a expliqué le Premier ministre.

L'objectif principal du gouvernement est de contrôler les éventuelles offres publiques d'achat hostiles non seulement dans les secteurs stratégiques, mais aussi dans les secteurs de l'assurance, du crédit, des finances, de l'eau, de la santé et de la sécurité. C'est un outil qui permettra d'intervenir en cas d'acquisitions de participations légèrement supérieurs de 10% au sein de l'Union européenne. L'État offrira la garantie que les prêts seront envoyés rapidement. Une partie sera également allouée au renforcement du fonds central de garantie pour les PME. En même temps, dans le périmètre de Cassa Depositi e Prestiti, des fonds publics seront mis à disposition via les SACE (Servizi Assicurativi del Commercio Estero) pour les petites et moyennes et grandes entreprises pour soutenir les exportations. Le Premier ministre Giuseppe Conte promet un nouveau printemps en Italie, et assure que l'économie et la santé pourront bientôt récolter les fruits de ces sacrifices. Le Premier ministre a également souligné son soutien à toutes les familles qui devront rester en confinement pendant la période de Pâques, une fête importante pour les italiens religieux et laïques : "Nous passerons Pâques à la maison, car il serait irresponsable de sortir tout de suite, mais nous espérons que nos actions responsables nous conduiront au rachat et à la liberté".

Des aides sous conditions très limitées

Les Ministres Roberto Gualtieri, Stefano Patuanelli et Lucia Azzolina étaient également présents lors de la conférence de presse. Le ministre de l'Économie a expliqué plus en détail les objectifs du décret et les moyens déployés grâce au décret. L'impact de ce nouveau décret, doit être lu en combinaison avec le précèdent décret Cura Italia, les deux permettant de mobiliser en total 750 milliards d'euros de ressources. Un point fondamental est le renforcement du fonds pour les PME et du SACE avec 200 milliards de prêts à 90% garantis par l'État, pour tout type d'entreprise. Ce décret est effectivement sans précédent, les prêts pouvant atteindre 25% du chiffre d'affaires total des entreprises. Le système de décaissement est très simple et direct, avec des conditions limitées dont celle de ne pas pouvoir verser de dividendes. L'accord est intervenu dans la majorité, après un long bras de fer. Le Conseil des Ministres a également donné son feu vert aux dispositions du décret qui prévoient des mesures de suspension des impôts et cotisations pour avril et mai et des allègements pour les masques et les dispositifs de protection.

L'importance de l'action de la BCE

En mars, la Banque centrale européenne a acheté 37,3 milliards d'euros d'obligations d'État. 11,8 milliards d'entre eux, soit plus de 30%, sont italiens, tandis que 2 milliards sont des titres achetés à l'Allemagne. Sans l'intervention de la BCE et une aide aussi robuste de la part du Gouvernement n'aurait probablement pas pu être mis en place. En cette période de crise et d'urgence, le gouvernement italien n'aurait pas pu combattre seul et sans aucune protection contre les marchés financiers. En total, le décret d'avril et le décret Cura Italia mettent à disposition 750 milliards d'euros, soit près de la moitié du PIB Italien. L'État a en ce moment besoin de démontrer qu'il est à côté de ses citoyens et mettant immédiatement à disposition des entreprises, des moyens pour soutenir l'économie. Un seul but : la renaissance de l'économie italienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :