La Lombardie (et l'Italie) confirment leurs places de leaders de l'industrie de la mode

 |   |  631  mots
(Crédits : DR)
Deuxième industrie manufacturière d'Europe, l'Italie peut compter sur la mode comme l'un des secteurs industriels les plus performants. Milan, Florence, Naples mais aussi Turin continuent de contribuer au rayonnement du Made in Italy.

La mode italienne continue sa croissance sur les marchés internationaux. Au-delà des grands groupes mondialement connus, la manufacture italienne est riche d'entreprises de petite-moyenne taille, capables de produire et exporter jusqu'à 80% de leur production à l'étranger. Cela est dû à un savoir-faire ancestral, au dynamisme et à la capacité de se positionner dans le segment du luxe en s'adaptant constamment à la demande et aux acheteurs qui misent sur le design et la "qualité  Made in Italy".

Le pays compte 36 districts dans le secteur de l'habillement et accessoires de mode. Ce sont des districts associant différentes municipalités, parfois spécialisées dans différentes productions : cuir, tissus, chaussures, vêtements de sport, orfèvrerie et lunettes. En tout, le pays compte 221 000 entreprises, dont 34 000 en Lombardie, première région, suivies par la Campanie avec 32 000 et la Toscane avec 28 000. Parmi les provinces, Naples se place en tête avec 21 000 et est suivie par Rome avec 15 000 et Milan avec 13 mille. À suivre Florence, Prato, Bari et Turin.

Le chiffre d'affaires du secteur a augmenté de 0,8% pour atteindre 95,2 milliards d'euros. La mode représente 4% du PIB national et s'affirme comme un secteur à forte vocation internationale, réalisant 72,2% des ventes à l'étranger, donnée bien supérieure à celle constatée en moyenne dans les autres secteurs de l'industrie manufacturière italienne (58,3%). L'habillement est la première catégorie de produits avec 42,6% des revenus globaux, suivie des articles en cuir (23,1%) et des lunettes (15,6%). La bijouterie enregistre une forte hausse (+ 10,9% sur la période 2014-2018), devant le cuir et la chaussure (+ 6,2%), le textile (+ 5,7%), la distribution (+ 4,9%). Le secteur de la lunetterie, dans lequel l'Italie est le leader mondial, exporte 89,6% de sa production à l'étranger.

Performance financière des entreprises

L'analyse conduite par Deloitte - Le Deloitte Global Powers of Luxury Goods - met en avant les 100 premières entreprises mondiales en termes de chiffre d'affaires. Selon Deloitte, l'Italie est toujours le premier pays du secteur en termes de présence avec 24 entreprises dans le Top 100. Des données importantes qui confirment que l'Italie est la « capitale de la mode ». Les trois premiers groupes italiens du classement sont Luxottica (5e), Prada (21e) et Giorgio Armani (26e). Moncler est la société la plus performante parmi les Italiennes du classement, tandis que Furla a le taux de croissance des ventes le plus élevé, + 18,7%.

La marge EBIT des groupes italiens est en moyenne de 9,3% contre 6,2% des entreprises européennes. Si l'on analyse ensuite la performance des entreprises familiales italiennes cotées, la marge EBIT est en moyenne de 13,4%, plus du double de celle des entreprises ayant un actionnaire de majorité étranger. Ceci explique pourquoi les entreprises italiennes sont très attractives pour les grands groupes et les investisseurs étrangers qui ont trouvé dans le pays leurs pépites d'or, capable de générer de chiffres d'affaires à plusieurs milliards d'euros. Enfin, il est à noter que les entreprises italiennes sont également les plus solides financièrement avec un ratio d'endettement de 34,8% sur capitaux propres, alors qu'elles se caractérisent par une forte liquidité, avec un ratio entre disponibilité et dette financière égal à 80%.

Commerce international

En 2019 les exportations ont été d'environ 60 milliards d'euros, en croissance de 6% par rapport au 2018, grâce à une contribution plus importante des marchés hors Union Européenne (+ 12,4%). Les exportations vers l'Asie ont également augmenté avec la Corée à + 14,9%, le Japon à + 10,6% et la Chine à + 5,6%, tandis que Hong Kong a perdu 7,8%. En ce qui concerne l'Union Européenne, le Royaume-Uni et la France ont également connu une croissance, avec respectivement + 8,1 et + 5,9%, contrairement au marché allemand qui a subi une baisse égale à 2,0 %. Les trois principaux marchés en 2019 sont la Suisse (14% du total, en progression de + 55,2%) qui surpasse la France (10,4%, + 5,5%) et l'Allemagne (8,4%). Le solde commerciale de la mode italienne est de 27,5 milliards d'euros et en hausse de 3,1 milliards d'euros par rapport à 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 18:27 :
Rien de neuf, cet article ne fait que confirmer que l'Italie est depuis toujours n°1 dans le secteur de la mode
a écrit le 17/06/2020 à 21:54 :
Oui, le coronavirus à lancer en Lombardie la mode du masque, des gants, et du gel hydroalcoolique pour se démaquiller....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :