La consolidation du bio dans nos territoires : retrouver souveraineté et résilience alimentaires

 |  | 390 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. La crise sanitaire a révélé l’importance pour nos territoires de retrouver résilience et souveraineté alimentaires. Plus que jamais il nous apparaît nécessaire de choisir le modèle alimentaire et plus encore le modèle de société que nous souhaitons mettre en œuvre dans nos territoires. Quel choix voulons-nous faire pour l’avenir ? Souhaitons-nous privilégier un modèle qui contribue à la transition écologique de nos villes et territoires, tout en conciliant efficacité économique, développement soutenable d’une agriculture bio de qualité et création d’emplois locaux ? Ou un modèle qui favorise les logiques de rentabilités immédiates, où priment la financiarisation, la précarité et la dépendance économique des producteurs vis-à- vis des distributeurs ?

Notre choix est clair, nous ne voulons pas d'un bio sans éthique, basé sur des produits provenant de l'autre côté de la planète et qui ne crée pas d'emplois en France. Nous souhaitons un modèle alimentaire durable, inclusif, résilient qui fournit des aliments sains et abordables tout en préservant notre environnement.

La cession en cours de l'enseigne Bio C'Bon est une formidable occasion de donner une orientation quant au modèle que nous voulons. Alors que cette enseigne, victime notamment d'une gestion défectueuse et d'avoir cédé au bio business, est à vendre, de nombreux candidats ont manifesté leur intérêt. La plupart sont issus de la grande distribution et voient l'occasion de gagner des parts de marché sur le « business » du bio. En marge de ces candidatures, une offre sort du lot : celle de l'enseigne Biocoop.

Depuis plus de 30 ans, la coopérative Biocoop a apporté la preuve que transition écologique, développement de l'agriculture biologique et consommation responsable peuvent se conjuguer avec efficacité économique et création d'emplois durables puisqu'elle n'a jamais effectué de plan de licenciements durant toute son existence et continue de créer des emplois année après année.

Nous sommes convaincus que l'offre portée par Biocoop est fidèle à l'idée que nous nous faisons d'une alimentation durable et qu'elle porte plus largement une transition que nous souhaitons, qui concilie les contraintes et opportunités que rencontrent ensemble territoires ruraux et urbains.

Nous sommes convaincus que cette offre de reprise va dans l'intérêt des salariés, puisque 100% des emplois seront conservés, des consommateurs mais aussi des agriculteurs, éleveurs, maraichers et vignerons français qui travaillent avec Biocoop dans le cadre de relations de coopération et de soutien qui ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années.

Aussi, nous apportons notre soutien plein et entier à l'offre portée par Biocoop car elle est la plus à même de maintenir l'emploi et l'activité économique, faire vivre nos territoires et nos agriculteurs tout en offrant une alimentation saine et de qualité à l'ensemble de nos citoyens. Il s'agit là d'un enjeu de souveraineté et de résilience alimentaires dont nous devons nous saisir. Après les paroles et les grands discours sur le monde d'après, il est temps de passer aux actes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :