Médicodose, pionnier de l’emballage intelligent

 |   |  954  mots
Médicodose se positionne sur trois marchés : les essais cliniques, la grande consommation de médicaments et la lutte contre la contrefaçon.
Médicodose se positionne sur trois marchés : les essais cliniques, la grande consommation de médicaments et la lutte contre la contrefaçon. (Crédits : DR)
L’entreprise basée à Marseille entend révolutionner le monde des essais cliniques en transformant la tablette de médicaments en objet connecté. Une solution qui permettrait aux acteurs de la santé, groupes pharmaceutiques en tête, de réaliser des économies se chiffrant en millions d’euros.

Un emballage pharmaceutique intelligent et connecté à des plateformes logicielles spécifiques : c'est sur ce créneau que Médicodose s'est positionnée. Avec l'objectif de s'imposer sur trois marchés : les essais cliniques, la grande consommation de médicaments et la lutte contre la contrefaçon. Mais c'est le premier qui, pour l'heure, concentre l'essentiel de l'énergie de l'entreprise, avec un objectif en termes de chiffre d'affaires de 74 M€ aux horizons 2020 pour cette seule branche d'activité, en ciblant CRO (les Contract Research Organization, entités chargées de réaliser les essais cliniques NDLR) et groupes pharmaceutiques. Il faut dire, la solution complète développée par Médicodose, qui a bénéficié de 1,9 M€ de levées de fonds depuis sa création en 2013, devrait représenter pour ces derniers une valeur ajoutée : "un essai clinique de niveau II ou III peut faire intervenir plus de 7 000 sujets, basés sur 25 sites et plusieurs pays différents. Sujets dont on doit recueillir les données, telles que la prise des médicaments suivant le protocole, les réponses aux questionnaires cliniques et les effets secondaires majeurs causés par la nouvelle molécule. A travers notre solution, toutes ces données seront mises à la disposition du clinicien, de la CRO et du sponsor en temps réel quelle que soit la zone géographique du patient", explique le fondateur, Nadir Benouali. Et de préciser par ailleurs que "la solution inclut un système de rappel des prises médicamenteuses, l'oubli étant un des facteurs majeurs de la non-adhérence des patients envers leurs traitements".

Traditionnellement, ces données sont restituées par les patients via report des plaquettes utilisées (décompte des pilules restantes) et de questionnaires dument remplis. Celles fournies par la solution Médicodose proviennent elles aussi de deux sources distinctes : celles de la plaquette connectée, permettant de savoir plus précisément quel médicament a été pris, à quel moment, et à quelle position mais aussi celles du questionnaire digitalisé auquel répond le volontaire, contacté par le biais du serveur. Croisées entre elles via la plateforme logicielle, ces deux catégories de données permettent de vérifier le degré d'adhérence du volontaire au protocole clinique en quasi-temps réel.

Gain de temps, gain d'argent

Une véritable révolution pour le monde des essais cliniques, qui semble souffrir encore aujourd'hui du manque de fiabilité des données restituées par les sujets se prêtant au jeu. En effet, selon une étude menée dans le Stone et Al.(2002) British Medical Journal, 80% de réponses données par les volontaires sont fausses. Par ailleurs, il a été démontré que 57% de ces derniers ne seraient pas adhérents au protocole, et 35% auraient avoué participer aux essais cliniques pour des raisons essentiellement financières...  "Or, nous consommons des médicaments sur la base de ce que les volontaires rapportent en termes d'informations", soulève Nadir Benouali. Autre avantage et non des moindres de la solution Médicodose : le facteur "temps réel" permettrait aux organisations de réaliser des économies substantielles.

"Si j'accélère le retour des résultats des essais cliniques, les CRO peuvent prendre des décisions plus rapidement et si les effets secondaires, trop lourds, imposent la fin desdits essais, ils peuvent mettre un coup d'arrêt au projet plus tôt, en économisant des sommes qui se chiffrent en millions d'euros".

Mais le marché des essais cliniques n'est pas le seul dans lequel l'entreprise peut se révéler utile aux groupes pharmaceutique, comme l'illustre encore le dirigeant.

"Notre technologie est également capable de détecter un faux médicament ou d'en authentifier un vrai, toujours en temps réel. Données partagées avec les laboratoires pharmaceutiques, ce qui leur assure, de façon indirecte, l'intégrité de leurs parts de marché. Selon l'OMS, l'industrie pharmaceutique observe un manque à gagner de plus de 75 Mds de dollars par an à cause de la contrefaçon de médicaments".

Objectif de Médicodose : capturer 10% de ce marché. Ce qui implique, outre l'utilisation de la plaquette connectée, le développement d'un lecteur électronique afin de détecter ou d'authentifier les médicaments en temps réel. Nadir Benouali envisage d'en doter l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie, principaux continents touchés par ce fléau, dès 2017.

Premiers ciblés, l'Europe et les Etats-Unis

Enfin, Médicodose devrait également intéresser plus largement les acteurs de la santé, dans la mesure où sa technologie, proposant donc le rappel des patients, lui permet de lutter contre la non-observance thérapeutique de ceux atteints de pathologies chroniques. Car le phénomène génère là encore des coûts exorbitants puisque le non-respect d'un traitement peut entraîner des complications évitables.

"Une étude conjointe (IMS Health et CRIP) chiffrent la non-adhérence à 9 Mds d'euros par an pour pour seulement six pathologies en France. En Europe, elle est chiffrée à près de 400 Mds par an et aux Etats Unis, à 300 Mds. Nous sommes donc assis sur une poudrière de près de 700 Mds d'euros de dépenses évitables par an pour l'Europe et les États Unis qui partent ainsi en fumée !"

Ainsi, nul besoin d'être grand clerc pour comprendre, vus les enjeux, que les ambitions de Médicodose se déclinent à l'international. "Notre solution pour les essais cliniques sera proposée dans un premier temps sur les marchés européens et nord-américains sur lesquels nous avons déjà des sollicitations. A compter de 2018, nous la commercialiserons enfin sur d'autres zones géographiques telles que l'Asie, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l'Amérique du Sud".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :