Comment ETaxfrance bouscule le métier d'avocat

 |   |  444  mots
Elle n'est pas une start-up mais elle en a la philosophie. En choisissant le support web, cette plateforme d'information et d'assistance créée par l'avocate fiscaliste marseillaise Eve d'Onorio di Méo représente une vraie innovation.

Révolutionnaire, le mot n'est pas trop fort dès lors qu'il s'agit des métiers du droit. Celui d'avocat, notamment, voit arriver l'essor des nouvelles technologies semble-t-il à la fois avec curiosité et méfiance. Car comme toute profession régit par une déontologie, la question est toujours de s'assurer que celle-ci n'est pas bafouée. Exercice difficile, que la rapidité avec laquelle le numérique évolue ne facilite pas. Le Conseil national des barreaux (CNB), l'organe qui représente les avocats, a d'ailleurs annoncé le lancement de sa plateforme officielle de consultations juridiques à distance pour le mois de mai prochain. Une façon de mettre un peu d'ordre dans les différentes initiatives prises ici et là, parfois par des avocats eux-mêmes, parfois par des non-professionnels ce qui pose donc la fameuse question de... la déontologie.

Le pari de la micro-niche

"La profession doit se moderniser, si elle ne veut pas se faire dépasser", dit Eve d'Onorio di Méo, avocate fiscaliste basée à Marseille qui dirige le cabinet éponyme. "Les legalstart-up émergent", constate celle qui lance en octobre dernier une plateforme d'information et d'assistance baptisé ETaxfrance, dédié aux non-résidents et plus précisément au remboursement de la CSG trop perçue par l'administration fiscale française lors du paiement des impôts sur le revenu du patrimoine. Une problématique qui a valu à la France d'être condamnée. Le choix de cette niche dans la niche est une plus-value sur laquelle Eve d'Onorio di Méo assoit sa vision du métier d'avocat : donner l'information avant tout pour susciter le besoin et initier l'assistance.

Portail d'information

Si le point de départ d'ETaxfrance a été les prélèvements sociaux, la plateforme fait déjà évoluer son périmètre d'intervention, en visant toujours les problématiques fiscales des non-résidents.

"Nous nous intéressons désormais aussi à l'investissement immobilier. La France demeure attractive malgré ce que l'on peut entendre. Cependant pour celui qui ne réside pas en France, il est difficile d'avoir accès de manière complète aux informations fiscales qui le concerne, sans oublier que la législation évolue de manière constante", souligne Eve d'Onorio di Méo.

Un troisième axe de développement est déjà en gestation et concerne les problématiques d'expatriation et d'impatriation. L'un des buts d'ETaxfrance, outre l'information, est aussi de faciliter et décrisper la relation avec le client. "L'avocat fiscaliste fait peur", constate Eve D'Onorio di Méo. "Le site permet une mise en relation directe". L'objectif d'ETaxfrance est de devenir à terme un portail complet d'information pour les non-résidents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :