Qui sont les start-ups lauréates du Forum Smart City Marseille ?

 |   |  666  mots
Les prix Smart City Marseille ont été remis en présence notamment de Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille, de Caroline Pozmentier, en charge de la sécurité ainsi que de Marc Thiercelin.
Les prix Smart City Marseille ont été remis en présence notamment de Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille, de Caroline Pozmentier, en charge de la sécurité ainsi que de Marc Thiercelin. (Crédits : DR)
Elles sont quatre et ont été récompensées pour leur technologie respective, en phase avec les défis et attentes de la smart city.

Valoriser l'innovation et les technologies les plus disruptives en matière de smart city, c'était le fondement du premier concours Forum Smart City Marseille organisé par La Tribune et la Ville de Marseille et dédié aux start-ups. Une façon de montrer la richesse du territoire et de mettre en lumière ceux qui la font.

C'est d'ailleurs dans cet esprit qu'un Village de l'innovation a été instauré pour cette seconde édition qui s'est déroulé les 29 et 30 septembre au Pharo, permettant aux jeunes pépites innovantes d'exposer leur savoir-faire.

Ainsi, parmi les 24 start-ups présentes, quatre d'entre elles ont séduit le jury composé de représentants de La Tribune, de la Ville de Marseille, d'Aix-Marseille French Tech, des Interconnectés et d'Harmonie Mutuelle.

Des mini-centrales aux déchets intelligents

"On n'a pas de pétrole, mais on a des idées", dit Jean Riondel. Car le fondateur de Mini Green Power, née en 2014 dans le Var, en est persuadé ses mini-centrales ont de l'avenir. Modulables, compactes, carbone zéro et entièrement automatisées, elles permettent de fournir énergie, chaleur et électricité, à base de biomasse brute, disponible localement sous forme de branchages, copeaux de bois, résidus agricoles, résidus de l'industrie agro-alimentaire, refus de compost... En terme de développement, une cinquantaine de mini-centrales devraient être installées par an à horizon 2021, tandis que la start-up - qui s'est adjugé le prix Coup de cœur - vise le marché international surtout l'Afrique où une filiale va s'implanter d'ici quelques semaines.

Son truc, c'est les déchets qu'elle fait en sorte de doublement valoriser : grâce à son Cliink, on trie et on gagne des points et la bonne idée est signée Terradona. Le principe est simple mais intelligent : à chaque déchet apporté à un container, des points sont engrangés donnant ensuite droit à des bons cadeaux ou des réductions chez les commerçants partenaires. Une autre façon d'appliquer le principe du bon point comme à l'école primaire. Basique mais efficace. Ce qui a valu à la start-up de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône, de s'adjuger le troisième prix.

Innovation bien vue

Autre centrale consacrée à l'énergie, mais en taille micro, celle d'Enogia, installée à Marseille, permet de convertir la chaleur perdue s'émanant de diverses sources en électricité. Tout cela grâce au "Cycle Organique de Rankine". Ce qui permet une quantité d'applicatifs notamment dans le véhicule de transport ou le maritime. Ses clients sont les opérateurs d'énergie, les centres de stockage de déchets, les stations d'épuration ou les agriculteurs. Bien sûr, l'entreprise dirigée Arthur Leroux, Antonin Pauchet et Nicolas Goubet voit l'export avec intérêt, notamment vers l'Europe de l'ouest bien que des machines Enogia équipent déjà le Brésil, la Grèce, l'Italie ou le Royaume-Uni. Consacrée avec le deuxième prix, la start-up marseillaise est également en phase de levée de fonds.

Spécialisée dans la conception de systèmes de vision, Nexvision s'appuie sur des algorithmes d'analyse d'image ce qui lui permet de faire de la détection et reconnaissance de forme, par exemple pour des applications de sûreté et de sécurité. Mais c'est aussi une caméra 4K dédiée au 7ème art, un système de vidéosurveillance évolutif conçu pour la ville de Fes, au Maroc, des casques utilisant la réalité augmentée, sans oublier ce projet spécifiquement pensé pour les forces spéciales au sol. Une véritable innovation de rupture prometteuse pour la start-up basée à Marseille, ce qui lui vaut de remporter le premier prix du Forum Smart City Marseille.

Autant d'exemples du dynamisme du territoire de la métropole, que les différents ateliers et table-ronde ont consacré comme un accélérateur indispensable au numérique et donc au développement économique. Ce qu'a notamment rappelé Dominique Tian, le premier adjoint au maire en charge de l'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :