Your Lecturer, solution recrutement pour les grandes écoles ?

 |   |  547  mots
(Crédits : UM2)
Créée à Marseille par deux enseignants chercheurs, Cédric Ghetty et Nadia Jouini, cette plateforme entend remédier aux difficultés de recrutements des grandes écoles de commerce, en perpétuelle recherche de vacataires.

Quoi de mieux qu'un enseignant chercheur pour se rendre compte des difficultés à recruter des grandes écoles ? C'est en effet en partant de ce constat que Cédric Ghetty a conçu à Marseille il y a deux ans, avec Nadia Jouini, son associée et épouse à la ville, la plateforme Your Lecturer, à direction des Business School. "Ces établissements tournent avec beaucoup de vacataires : l'un d'eux, que je connais bien, compte par exemple 200 professeurs titularisés pour 1 000 vacataires, d'autres encore ne fonctionnent qu'avec ces derniers et se passent d'un corps professoral permanent... Or il n'existe pas vraiment d'outils permettant d'avoir facilement accès à l'expertise de ces intervenants ponctuels". Sachant qu'il existe quelque 200 écoles de commerce sur le sol français, le couple d'enseignants chercheurs a décidé de miser sur ce marché en créant Your Lecturer. "Il y a quelque chose à faire... D'autant que nous comptons par la suite ouvrir notre solution aux écoles d'ingénieurs et aux structures plus spécialisées".

Se positionner sur l'ensemble de la chaîne de valeur

Concrètement, Your lecturer suit la démarche d'une plateforme de recrutement en ligne : les candidats déposent leur CV en ligne et listent les domaines dans lesquels ils peuvent enseigner. L'école en quête de nouveaux profils filtre à son tour via son compte les matières où elles recensent des besoins. Tout un listing de vacataires potentiels apparaît... "C'est un gain de temps pour les établissements, qui ont parfois du mal à collecter des candidatures en nombre afin de pouvoir effectuer leur sélection. Notre plateforme permet d'accélérer le processus de recrutement". Les clients ont également la possibilité d'un deuxième niveau de service : avoir sur la homepage de leur propre site un onglet invitant les candidats à postuler. En cliquant sur ce dernier, les futurs vacataires sont aussitôt dirigés sur une plateforme créée spécifiquement pour l'école abonnée. "A terme, nous envisageons également de nous positionner sur l'ensemble de la chaîne de valeur en gérant les candidatures, les contrats, mais aussi en proposant aux écoles d'externaliser totalement les RH puisque nous effectuerions aussi des missions de portage salarial". Autre axe de développement, Cédric Ghetty envisage de vendre la solution en marque blanche, en adaptant la plateforme à d'autres types d'activités.

Entrée au capital

Pour ce faire, il faudra du cash. Les fondateurs de la petite entreprise, qui se sont autofinancés depuis le départ (sachant que la plateforme à elle seule a coûté 100 000€), réfléchissent aujourd'hui à une augmentation de capital. "Nous sommes en contact avec un décideur qui, outre les fonds qu'il est prêt à mettre, contribuerait au développement de notre start-up avec une vision plus stratégique pour notre business".

Pour l'heure, près de 1 300 vacataires sont inscrits en ligne et deux écoles ont opté pour la formule d'abonnement, avec la possibilité de créer un compte en ligne par professeur : l'EM Normandie, partenaire de l'école depuis l'origine du projet, et l'Ecole de Management Léonard de Vinci. "Outre les abonnements, une trentaine d'écoles font appel à nous de façon ponctuelle". Le modèle économique, quant à lui, repose essentiellement sur un système d'abonnements, allant de 3 000 à 10 000 euros selon le niveau de service choisi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :