Twil, chercher (le vin) , c'est trouver

 |   |  489  mots
(Crédits : DR)
Permettre au consommateur d'identifier un vin en scannant son étiquette et le mettre en relation directe avec les producteurs, lesquels bénéficient d'un canal de distribution supplémentaire, c'est le business modèle de cette startup dont l'idée est signée d'un vigneron provençal.

Erwann de Barry est un peu comme Obélix : lui aussi est tombé dans marmite, non pas de potion magique, mais de vin. Représentant la huitième génération de propriétaire du Château de Saint-Martin Cru Classé de Provence, implanté à Taradeau dans le Var, fils du fondateur du groupe Climadiff (marque qui revendique la première place de caves à vins), ce marseillais a pourtant tenté d'échapper à son destin. Peine perdue puisque après avoir fourbit ses armes pour le site caveprivée.com, il part à Londres travailler pour un fonds d'investissement spécialisé dans... le vin.

Manques à combler

De retour sur le sol hexagonal, ce sont deux constats simples qui vont lui donner la matière de Twil. Tout d'abord, la vente en ligne pour les vignerons est une démarche complexe à mettre en place et la profession n'est pas en avance sur le sujet. En même temps, qui n'a pas fouillé le web de fond en comble afin de dénicher le divin nectar, apprécié chez des amis ou au restaurant ? "Le vin, c'est comme la lecture et les livres, c'est une question de goûts. C'est donc vaste et varié", souligne Erwann de Barry. "Le vrai bon vin, c'est celui pour lequel on a eu un coup de cœur parce qu'il véhicule une image, des souvenirs..."

Shazam du vin

De ces deux "contraintes", naît The Wine I Love, autrement dit Twil. Décliné en site web et en application iOS et Androïd, Twil permet via cette dernière de scanner l'étiquette de la bouteille et de connaître toutes les informations nécessaires en instantané grâce à une technique de reconnaissance visuelle. "Si le producteur du vin est enregistré au sein de notre plateforme, le consommateur peut alors effectuer un achat au prix propriété et la livraison est offerte", explique Erwann de Barry. Si en revanche le producteur n'est pas enregistré dans la plate-forme c'est Twil qui se charge de dénicher le vin et d'assurer la mise en relation.

Canal de distribution structuré

Le projet naît en 2014, l'application, elle est lancée en février dernier. Une V2 sera disponible début janvier. Aujourd'hui, Twil rassemble 1 200 producteurs et référence 12 000 vins. "Notre objectif est d'atteindre d'ici fin 2017, 2 500 producteurs et 25 000 références", précise le  Erwann de Barry qui veut apporter un maximum de services aux producteurs pour qui Twil est une marketplace nouvelle.

Passage à l'international

Afin de développer Twil au niveau européen et de faire de l'acquisition client, la startup de 9 salariés prépare une levée de fonds pour un montant de 1 à 2 millions d'euros, qui se fera soit via des VC soit un mix mêlant fonds d'investissement et industriels. "2017 va consolider ce que nous avons mis en place". Twil devrait enregistrer un chiffre d'affaires 2016 de l'ordre de 250 000 euros, tablant sur un chiffre d'affaires 2017 de 2 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :