Comment Ap2e renforce sa force de frappe

 |   |  781  mots
(Crédits : DR)
Spécialisée dans la conception, la production et la commercialisation d'analyseurs de gaz par spectrométrie laser infra rouge, la PME basée à Aix-en-Provence poursuit sa croissance en pariant sur de nouveaux produits dont un qui adresse le marché des pipelines.

Février 2018 s'annonce comme un mois clé pour l'entreprise aixoise. Sous ce délai en effet, Ap2e va obtenir un sésame stratégique pour le développement d'un de ses trois produits, nommé Laser CEM. "Il est dédié au contrôle de la pollution dans les cheminées, une mesure réglementaire. Car chaque industrie qui utilise un four doit contrôler ses émissions de cheminées. Cette activité devrait nous permettre de voir notre chiffre d'affaires grimper très vite à l'avenir, puisque nous attendons sous trois mois l'accréditation QAL1, qui valide notre appareil sur ce marché-là", annonce Pierre Cholat. Une procédure longue et couteuse certes, mais qui ouvre à la PME des perspectives d'un nouveau levier de croissance, d'autant qu'il y a peu d'élus en la matière. "Nous serons la cinquième entreprise à l'obtenir, face à des gros de la taille de Siemens", explique le président d'Ap2e.

Implantation forte

Pour mémoire, la gamme de l'entreprise regroupe deux autres produits, outre le Laser CEM. "Les trois sont issus de la même technologie. Elle offre l'avantage de s'adapter à différents marchés, tant celui de l'environnement, avec l'objectif de mesurer de toutes petites traces de gaz, ou encore des industries, via le Proceas, avec la tâche cette fois de mesurer des quantités de gaz astronomiques". Le Proceas NAV, lui, est adressé au marché militaire. Ap2e réalise par son biais le contrôle sur les sous-marins de Naval Group et tracte de fait "dans les différents pays où le groupe industriel a fait des ventes". Tandis que le Proceas concerne plutôt l'optimisation de process industriels. "Par exemple, ce produit permet de contrôler le niveau de CO (monoxyde de carbone) dans les tours de séchage du lait en poudre". Ap2e se situe donc ici dans le domaine du contrôle qualité et de la sécurité. Avec une gamme de produits intéressant surtout les grands comptes, à l'instar de Total, Shell, Arkema, Areva, CEA... "Tous les grands industriels disposent de l'un de nos appareils chez eux".

Nouveaux produits dans les tuyaux

Mais outre l'accréditation relative au Laser CEM, l'entreprise aixoise mise aussi sur un nouveau produit adressé au marché des pipelines, dont le prototype est aujourd'hui achevé. "Il permettrait de déceler les gaz H2S et H2O qui combinés ensemble, produisent de l'acide sulfurique. Nous avons développé une technologie adaptée, mais pas encore le packaging. Or il faut concevoir une coque spécifique qui résiste aux explosions et ne met pas le feu aux poudres, pour éviter l'effet AZF". Et à l'issue, cela représente un marché colossal, car celui du gaz naturel est en pleine expansion. "Aujourd'hui, il y a beaucoup de contributeurs qui injectent du gaz à différents points des pipes. Or, il faut vérifier qu'il est bon, sous peine de corrompre la totalité de ceux qui transitent dans ces pipes. Il existe déjà des produits pour cela mais ils sont très sensibles à la matrice, c'est-à-dire à la propension d'un gaz par rapport à l'autre. Si la matrice change, ces appareils-là déclenchent des alertes qui n'ont pas lieu d'être". Un manque à gagner financier, puisque ces fausses alarmes coûtent cher en termes d'exploitation... Or, la technologie d'Ap2e permet de les éviter. L'équipe va ainsi présenter son premier appareil au salon de l'analyse industrielle à Paris, les 6 et 7 février prochains.

Forte présence à l'international

Autre projet, celui-ci au long cours, le développement de ce spectromètre à même de  mesurer d'un seul laser de nombreuses espèces de gaz, un produit complémentaire aux trois premiers, qui ne mesurent qu'un à quatre gaz par laser. "Nous en sommes au prototypage, il devrait sortir d'ici deux ans", évalue Pierre Cholat.

En termes de commercialisation, Ap2e, qui a mis en place en 2016 un réseau de distributeurs à l'international est aujourd'hui présente sur tous les continents, notamment à Taiwan, en Australie, en Nouvelle Zélande, aux USA, en Europe.... Elle compte "une vingtaine de revendeurs, dont la moitié fait des ventes significatives" et réalise 70 % de son chiffre à l'export. Elle ne se connaît pour l'heure pas de concurrents directs, sa technologie étant disruptive par essence. De belles perspectives donc pour l'entreprise provençale, qui prévoit de doubler quasiment sa production en 2018, avec la fabrication (l'assemblage est réalisé dans ses murs, les opérations complexes sont sous-traitées en PACA) de 160 à 200 unités contre une centaine en 2017. Le chiffre d'affaires devrait progresser au même rythme : il enregistrerait des résultats de l'ordre de 3,5 M€ en 2017 et vise 6 à 7 M€ l'exercice prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :