Multiwave innovation, futur leader français de l’antenne IRM ?

 |   |  768  mots
(Crédits : DR)
La filiale française de la suisse Multiwave Technologies, basée à Marseille, vient de se voir concéder une licence par la SATT Sud-Est afin de développer une antenne radiofréquence pour des IRM d’une puissance de 7 Tesla exploitant des méta-matériaux. Un outil qui permettra le diagnostic de conditions et maladies du cerveau de façon plus précoce.

Transfert de technologie effectif. La SATT Sud-Est vient de concéder une licence à Multiwave Innovation, filiale française de la genevoise Multiwave Technologies implantée à Marseille, au sein de l'hôtel Technoptic. Des tractations qui font suite à un programme de maturation faisant intervenir les chercheurs de l'entreprise et ceux de l'Institut Fresnel. L'objet de ce brevet, initialement copropriété du CNRS, d'Aix-Marseille Université, de l'Ecole Centrale Marseille et du CEA Neurospin est qu'il porte sur le développement et l'utilisation d'antennes à base de méta-matériaux pour l'IRM clinique ultra haut champ, c'est-à-dire à une puissance de 7 Tesla... Un outil diagnostic forcément beaucoup plus performant pour les médecins. "Cette technologie concerne l'imagerie du cerveau", précise Panos Antonakakis, président de Multiwave Innovation. "Elle vise à uniformiser le champ magnétique afin de permettre la détection précoce de pathologies neurologiques type tumeurs et autres maladies du cerveau".

Méta-matériaux pour faire la différence

A savoir que dans l'IRM actuel, ce sont des champs magnétiques de différentes intensités qui sont utilisés. "La majorité des IRM sont à 1,5 Tesla et 15 % du marché à 3 Tesla. Plus on augmente en intensité, plus on cible les affections sur des zones précises du cerveau. Le revers de la médaille, c'est l'inhomogénéité de l'image, qui pourra être claire par parties, mais comprendra aussi des zones d'ombres ne permettant pas de réaliser un diagnostic efficace. Autre écueil, ces technologies peuvent être nocives pour le patient, si la puissance de l'onde électromagnétique utilisée pour former l'image est trop importante". Or, l'utilisation de méta-matériaux (des matériaux ordinaires que l'on va chercher à structurer au-dessus de leur structure moléculaire) permet de guider les ondes électromagnétiques et d'obtenir une image précise de toutes les parties du cerveau, créant ainsi des champs plus homogènes. Elle va donc rendre possible l'utilisation de l'ultra haut champ à 7 Tesla.

Les centres de recherches au cœur de la stratégie commerciale

Le transfert de cette technologie, fruit de la recherche publique régionale, s'avère donc clé dans le développement de Multiwave Innovation, fondée en août 2016 et employant déjà 13 collaborateurs, dont 12 affectés à la R&D. "Notre stratégie commerciale est d'être le leader français en production et commercialisation d'antennes IRM. Car jusqu'à aujourd'hui, aucune autre entreprise ne s'était positionnée sur ce segment de marché dans l'Hexagone. Il faut savoir que tous les centres de recherche passent actuellement par des entreprises hollandaises, allemandes et américaines pour s'équiper", détaille Panos Antonakakis.

Phase d'assemblage

Reste à savoir comment cette stratégie va se mettre en place. "Maintenant que la maturation est finalisée et que le brevet est transféré, il reste à réaliser l'assemblage. Nous bénéficions du soutien de la Région et de l'Etat français via des subventions du Fonds pour l'innovation Marseille Provence (Fimp) de 72 000 € et du Partenariat régional d'Innovation (PRI) qui, via bpifrance a accordé 200 000 € pour créer notre antenne de réception et l'assembler à notre antenne de transmission afin d'avoir un produit final pour validation pour avril 2018". Le nouveau prototype sera testé en IRM, avant que ne soient lancées les procédures de certifications, en vue d'obtention de la norme CE. Multiwave Innovation  projette de vendre sa première antenne dans le second semestre 2018, à un centre de recherche déjà identifié. "L'objectif étant ensuite de vendre 10 unités par an en 2019 et en 2020, sachant qu'une antenne 7 Tesla des sociétés étrangères coûte entre 300 000€ et 1 M€". Ce qui donne une idée plutôt précise de la fourchette visée en termes de chiffre d'affaires, de l'hypothèse basse à la haute. Plus concrètement, la stratégie cible donc les centres de recherche, qui vont utiliser le produit de Multiwave Innovation dans la conduite de leurs travaux, ainsi que les hôpitaux qui seront équipés de scanner 7 Tesla. Une première phase de développement qui permettrait donc à la faveur d'un second palier d'enregistrer les commandes de façon exponentielle. Dans le viseur, les premiers centres (déjà contactés) sont français, voire même marseillais. Parmi eux, figurent justement le CEA Neurospin, mais aussi le Centre de résonnance magnétique biologique et médicale.

Enfin, second axe de la stratégie, la signature de partenariats avec des majors tels que General Electric, Siemens ou Philips qui "conçoivent des scanners. L'idée étant qu'ils recommandent notre antenne à toute structure de santé leur achetant un scanner", conclut Panos Antonakakis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2017 à 16:49 :
"résonnance magnétique biologique"
résonance

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :