Bobbli, l'application qui permet d'acheter les produits présents… dans les films

 |   |  397  mots
(Crédits : DR)
La startup basée à Cannes a développé une technologie capable d'identifier les produits présents dans une production audiovisuelle. L'idée – qui s'adresse aux consommateurs – est initialement destinée à aider les créateurs de contenus à monétiser leurs œuvres. Question de business modèle.

Le canapé de la série Friends, le dernier gadget du super-héros à la mode... Qui n'a jamais été attiré par un objet présent de l'autre côté de l'écran, au point de vouloir l'acquérir ? Requête compliquée... pour le moment. Mais Bobbli devrait rendre l'opération beaucoup plus simple.

Adaptation aux modèles

Mise au point par Zied Jallouli, la solution - qui se décline en application mobile et API intégrée dans les plateformes de streaming - permet de capturer le moment et de ramener une image tagée, tout en n'interrompant pas la lecture du contenu.

Une idée qui n'est pas née pour contenter le spectateur mais bien davantage les créateurs de contenu dans la monétisation de leurs œuvres. Une réalité économique qu'explique très bien Zied Jallouli. "Nous assistons à une remise en question des modèles existants, les nouveaux entrants créant une inflation des coûts de production et les leviers existants montrant leurs limites. Quand on rajoute Internet à cette industrie classique, que se passe-t-il ?" interroge Zied Jallouli.

Pour le fondateur de la startup, la télévision a commencé à faire du contenu, un appât, "où l'intention est vendue au publicitaire", alors qu'auparavant, il fallait payer pour consommer du contenu. "La prochaine transformation verra le contenu devenir un médium pour l'échange économique" promet Zied Jallouli.

Mise sur le marché

Créée en 2013 en Tunisie, la startup a opté pour une implantation en France grâce au French Tech Ticket, afin de pouvoir atteindre un marché mondial. Elle est notamment accompagnée par l'incubateur Paca-est.

Prête à être lancée sur le marché, Bobbli n'a pas choisi Cannes par hasard mais pour l'écosystème qui est en train de se structurer sur le territoire azuréen, depuis l'implication de l'Université au Festival CannesSeries qui verra sa première édition se tenir pendant le MIPTV au printemps 2018, affirme Zied Jallouli. "Il est important d'avoir la technologie et l'industrie créative", dit-il. "Aujourd'hui Hollywood et la Silicon Valley ne se font plus la guerre, mais se parlent, collaborent".

Considérant que le "timing est bon, parce qu'il faut explorer de nouveaux modèles économiques", le startupeur travaille à une levée de fonds, sans doute auprès de business angels. Bobbli emploie 3 personnes et envisage d'atteindre un effectif de 15 personnes rapidement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :