Comment la tech installe Officinéa en pharmacie

 |   |  707  mots
(Crédits : DR)
Le laboratoire de cosmétique naturelle basé à Grasse s'affirme comme acteur de la smart beauty grâce à son application mobile capable de repérer les ingrédients malvenus ou allergènes contenus dans les cosmétiques. Une brique technologique qui vient renforcer son business-modèle.

Il y a des changements anticipés et ceux que l'on ne prévoit pas forcément. Dans le cas d'Officinea, cela relève plutôt de la seconde hypothèse. Lancée en juillet 2013, la startup a développé sa propre gamme de cosmétiques naturels, un ensemble de douze produits composé de sérums, huiles, crèmes, masques..., tous dépourvus de perturbateurs endocriniens et allergènes. Un parti pris par les deux co-fondatrices du laboratoire, Candice Colin et Claire Gagliolo, cette dernière, docteur en pharmacie et cosmétologue, chapeautant la R&D. Un parti pris qui devient de plus en plus également celui de la consommatrice.

Brique technologique

En février dernier, Officinéa met au point une application mobile, baptisée Clean Beauty, qui permet par une simple prise photo de la liste des ingrédients constituant un produit cosmétique de décrypter si celui-ci contient perturbateurs endocriniens, des nanomatériaux ou des allergènes. Développée en interne, Clean Beauty est la continuité de la philosophie d'Officinéa. Car quand on milite pour une cosmétique naturelle, il faut penser à "l'effet cumulatif", comme l'explique Candice Colin. En effet, en utilisant diverses crèmes, sérums et autres baumes, les femmes appliquent sur leur peau, plus de 150 ingrédients chaque jour. "Penser que cela ne traverse pas est illusoire", dit Candice Colin. "Et cet effet cocktail cumulatif n'est pas pris en compte par le traitement cosmétique européen".

C'est donc sur ce point que la jeune entreprise veut apporter son expertise, ce qui lui permet en même temps de se positionner différemment vis-à-vis d'autres acteurs de la filière.

"Officinéa est dans une démarche qui mêle une recherche produit très aboutie, sans allergène, qui est aussi une problématique de la cosmétique naturelle, avec une partie digitale qui offre à la fois une expérience client et un service que l'on considère comme important" résume Candice Colin.

Nouveau canal

Et c'est bien cette brique technologique qui a permis à la startup d'exprimer toute sa capacité à s'adapter. Car Clean Beauty a largement dépassé les objectifs espérés en cumulant 200 000 téléchargements soit 1,5 million d'analyses. La preuve d'une réponse à un besoin du consommateur, comme dans d'autres secteurs, celui de la transparence. "Ce succès nous a emmenées à opérer un virage stratégique", dit encore la présidente de la jeune entreprise. De fait, il place Officinéa comme "une forte plus-value pour le pharmacien, lequel a un rôle à jouer dans la vente de produits, en tant que professionnel de santé".

2018 va donc voir Officinéa s'installer dans les rayons des pharmacies. Jusqu'à présent, c'était le canal de la vente directe qui était privilégié. L'objectif de ces douze prochains mois est d'être présente dans 350 officines, "pour tester le modèle", explique Candice Colin. C'est déjà le cas dans pour une dizaine d'entre elles dans les Alpes-Maritimes et pour une à Paris.

"Nous possédons un territoire de marque unique", appuie Candice Colin, "et nous apportons de l'information. Le sujet des perturbateurs endocriniens est un problème de santé publique".

Nouveaux territoires

Un problème qui dépasse les frontières de la France. Clean Beauty est aujourd'hui disponible dans trente pays d'Europe, en cinq langues, "tous les contenus étant traduits", précise Candice Colin. 2018 est aussi l'année du lancement aux Etats-Unis, mais un nouveau développement de l'application est indispensable pour l'adapter au marché nord-américain où il n'existe aucune réglementation cosmétique.

Installée depuis sa création au sein de la pépinière InnovaGrasse, dans la capitale du parfum, Officinéa intégrera en avril l'hôtel d'entreprises Grasse Biotech où elle disposera de son propre laboratoire de formulation. L'étape suivante sera sans doute le lancement d'un nouveau produit, la startup ayant finalisé son premier actif. Elle a également noué des partenariats avec les Universités de Nice Sophia-Antipolis et Avignon, respectivement avec une UMR CNRS et avec une UMR INRA. Officinéa qui emploie 6 personnes, ne communique pas sur son chiffre d'affaires, précisant néanmoins qu'il atteint plusieurs centaines de milliers d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :