Pourquoi Wildmoka lève 8 M $

 |   |  414  mots
(Crédits : DR)
La startup basée à Sophia-Antipolis, spécialisée dans l'automatisation, l'enrichissement et la monétisation des contenus audiovisuels veut accélérer sur la R&D tout en poursuivant son développement à l'international.

C'est sa seconde levée de fonds et elle stratégique, pas uniquement pour la somme rassemblée mais aussi par le profil de l'investisseur choisit. Car c'est auprès d'Alven, le fonds d'investissement parisien qui a aussi mis ses billes dans des entreprises telles que Algolia, Captain Train, Frichti, iAdvize que Wildmoka a rassemblé 8 millions de dollars, l'investisseur historique, Apicap, apportant également sa contribution.

Alven arrive donc avec son expertise dans le domaine du digital et des nouvelles technologies, particulièrement l'intelligence artificielle, la datascience ou les solutions Saas. Une plus value pour Wildmoka, Cristian Livadiotti, le co-fondateur de l'entreprise appuyant sur la capacité d'Alven à "apporter un support stratégique et à aider la société à accroître sa croissance".

Trois vecteurs

Concrètement, ce second tour de table, de série A (la première levée ayant été de l'amorçage NDLR) sert trois objectifs. Tout d'abord de booster la R&D, "maintenant que nous connaissons notre marché, nous avons une bonne idée de la roadmap" dit Cristian Livadiotti qui prévoit par ailleurs l'embauche d'ingénieurs et de doubler l'effectif, pour l'heure de 30 personnes, d'ici 2018-2019.

Il est aussi question d'investissement commercial afin de servir les différentes zones servies par Wildmoka, dont les Etats-Unis - où elle dispose d'une filiale depuis l'été dernier - l'Europe du Sud, l'Europe du Nord et l'Asie.

Et puis, il s'agit aussi de développer les nouveaux business. Concentrée pour l'heure sur le sport, l'entertainment et les news, la startup vise d'autres verticaux. "Aujourd'hui nos clients sont les chaînes de télévision. Notre plateforme est très rapide et il existe beaucoup de domaines à adresser. Désormais, tout devient vidéo".

NBC Sports, beIN Sports, NBC News, Canal +, France Télévisions ou Altice font partie du portefeuille client.

Autres verticaux

Sur le sujet News, Cristian Livadiotti, insiste sur le fait que "la news est un média qui se réinvente". Et que les propriétaires pourraient encore davantage "saucissonner" leur droit TV.

Les nouveaux sujets regardés sont l'événementiel, le corporate et le gouvernemental.

Ce positionnement multi-secteurs permet d'ailleurs à Wildmoka de se différencier par rapport à ses deux concurrents principaux, l'un israélien, l'autre britannique, qui sont davantage centrés sur un secteur spécifique, le sport.

Créée en 2013 à Sophia-Antipolis, Wildmoka avouait au printemps dernier avoir réalisé un chiffre d'affaires de 1 M€. Elle ne communique pas pour l'heure sur ces nouveaux résultats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :