Comment Spacemedex utilise le spatial pour le médical

 |   |  451  mots
(Crédits : DR)
La startup basée à Sophia-Antipolis compte tirer des technologies issues du secteur de l'espace des applicatifs adaptables au milieu de la santé. Plusieurs solutions sont en cours de développement.

Lier deux secteurs d'apparence si différents peut paraître original. Pourtant, il y a bien sinon des similitudes, tout au moins des applicatifs qui peuvent inspirer le médical à partir du spatial. C'est la conviction de Yacine Benyoucef qui a l'idée de créer Spacemedex en 2015. Chercheur installé au Canada, c'est le travail mené lors d'un appel d'offres qui le convainc de mixer l'exploration spatiale et la recherche médicale. A cette époque, l'agence spatiale européenne met son catalogue de solutions à disposition. "Notre objectif est de chercher le plus utile afin d'améliorer la santé", explique le dirigeant installé au sein du Business Pôle à Sophia-Antipolis. Persuadé que les voyages dans l'espace vont se multiplier, voire se démocratiser à terme, Yacine Benyoucef est tout autant convaincu que le spatial requérant des solutions pointues - le moindre problème de santé pouvant mettre en danger les astronautes comme la mission elle-même - celles-ci sont à même de répondre aux besoins terrestres.

Applications réelles

C'est ainsi qu'a été conçue Motivity, une plateforme basée sur l'utilisation de la réalité virtuelle. Inspirée du modèle Motigravity servant à l'entraînement des astronautes par simulation virtuelle des opérations techniques, ce modèle est utilisé pour le bien-être et l'évasion cérébrale ou pour aider à traiter les troubles du comportement. Un cerclage de protection évite les chutes, pendant qu'un casque de réalité virtuelle entraîne le sujet dans des balades

Plus poussée Motigravity, grâce à son maintien de suspension, adresse plus précisément la médecine de réhabilitation biomécanique. Elle aide par exemple à retravailler la marche sans supporter la totalité du poids.

"Pour l'astronaute, la solution permet de simuler son environnement. Nous y avons vu un intérêt pour la médecine de réhabilitation", explique Yacine Benyoucef.

Le Laboratoire de Motricité humaine, Education Sport, Santé (Lamhess) de l'Université Nice Sophia-Antipolis travaille par ailleurs sur cette solution.

Visée internationale

D'autres projets sont en cours de développement dont Cor-Is, un appareil de diagnostic cardio-vasculaire. Des fonds sont actuellement recherchés afin de mettre au point un premier prototype.

Pour développer ses projets, Spacemedex noue des partenariats. Pour l'heure, ils sont pour la majorité lié avec des interlocuteurs étrangers, plus précisément en Grèce ou en Suède. Mais c'est avec un partenaire italien que Spacemedex collabore sur Motivity, actuellement en cours de commercialisation. Un partenaire qui a déjà investit dans une ligne de production. Ce qui permettrait à la startup azuréenne d'engranger un premier chiffre d'affaires sur cet exercice, les deux années précédentes ayant été consacrées aux investissements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :