Summer Job Festival : pourquoi c'est innovant et pourquoi ça pourrait bien être dupliqué

 |   |  580  mots
(Crédits : DR)
En organisant une journée qui mêle entretiens et musique avec en décor l'Orange Vélodrome, l'ambition de Frédéric Pons, co-président de Hopps Group, installé à Aix-en-Provence, est de dépoussiérer tout ce qui se fait jusqu'à présent en matière de recherche d'emploi. Une formule qui pourrait bien inspirer… ailleurs.

L'innovation, c'est apporter des solutions nouvelles. En matière de technologie ou de service, on connaît bien. En matière de recrutement, beaucoup moins.

Pourtant il suffit de prendre en compte l'attitude des nouvelles générations, Z et Millénials, pour bien comprendre que les anciennes méthodes... sont anciennes. Dépassées. Et donc pas forcément d'une totale efficacité.

En parallèle, les entreprises ont bien compris que pour attirer à elles les jeunes talents, il fallait casser les codes habituels. Mais l'exercice n'est pas si aisé. Et ce n'est pas Frédéric Pons qui dira le contraire. "Avec 22 000 employés, nous n'avons pas d'autre matière que l'emploi", pointe le co-président de Hopps Group. Qui a déjà réfléchi à des formules différentes pour favoriser un recrutement intelligent. "Les forums de l'emploi traditionnels, ça ne fonctionne plus", note-t-il. On aura du mal à le contredire, tant la formule a fait son temps et ne déclenche plus l'appétence des recrues au profil à forte valeur ajoutée.

Si l'idée d'un rassemblement d'envergure trottait dans son esprit, la rencontre avec le Summer Stadium Festival a servi de catalyseur : ainsi est né le concept du Summer Job Festival.

Effet de masse

Considérant donc que l'entretien d'embauche abordé classiquement est révolu, c'est l'approche du moment M qui est ici revu. En une journée, la promesse c'est de décrocher un emploi et de faire la fête. Si la soirée laissera place aux DJs, c'est surtout la méthode choisie pour trouver le profil correspond au besoin qui génère toute l'attention.

"Nous allons rassembler une centaine d'entreprises du bassin", promet Frédéric Pons. Des startups, des PME et des grands groupes, pour ne pas faire de préférences et parce que tout type d'entreprise recrute, de la plus innovante à la plus installée.

Un portail internet sera mis en ligne dans quelques jours, regroupant sur cette sorte de plateforme, les candidatures qui se feront connaître. Mais parce que passer par la case recrutement, c'est toujours un peu stressant, le jour J, les prétendants à l'emploi pourront être pris en main par l'Oréal pour une séquence coiffure ou par Pôle Emploi pour peaufiner CV et présentations.

Changer de modèle

"Nous attendons 10 000 personnes. L'idée est de gérer ainsi le flux tout en apportant une dimension ludique à l'opération", explique pour sa part Charlotte de Vissaguet co-associée et co-directrice de l'événement. Au-delà du côté ludique de la chose, c'est bien l'approche du recrutement qui est différenciante. Le choix de réaliser le tout dans un stade, et pas n'importe lequel avec toute la magie qu'il peut comporter, ajoute une dimension supplémentaire, de la curiosité à l'appétence. D'ailleurs l'équipe ne le cache pas, d'autres stades en France ont déjà manifesté leur intérêt. Outre le fait que pour certains, cela permet d'attirer à eux des événements à la fois BtoB et BtoC, c'est surtout non négligeable en terme de business modèle et d'image. Autant dire que le 30 juin sera une journée particulièrement scrutée par bien des acteurs économiques. Et si les regards se tourneront vers l'Orange Vélodrome, ce ne sera pas - pour une fois - pour suivre les performances du onze local mais pour constater que peut-être les solutions issues du privé sont les plus inspirées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :