Quelle stratégie de développement pour Hysilabs ?

 |   |  552  mots
(Crédits : DR)
La startup originaire d'Aix-en-Provence, spécialiste de la conception de solutions pour le transport d'hydrogène, vise la réalisation d'un démonstrateur au sein d'une unité industrielle. Un projet prévu pour s'implanter en PACA.

Si c'est l'annonce du tour de table réalisé pour un montant de 2 M€ qui a beaucoup trusté l'actualité de la startup provençale, c'est pourtant déjà bien sur la phase d'après que travaille la jeune pousse dirigée par Pierre-Emmanuel Casanova.

Et si l'horizon d'HysiLabs est dégagé, c'est que les bonnes nouvelles s'enchaînent : outre la levée finalisée, l'entreprise née à Aix-en-Provence a également été retenue comme finaliste du concours national EDF Pulse. Une visibilité tout autant qu'une reconnaissance qui contribue à démontrer que la vision de Pierre-Emmanuel Casanova n'a rien d'une utopie. Ce que confirment par ailleurs les positions prises ici et là par les acteurs économiques, persuadés du potentiel que l'hydrogène représente dans le futur proche.

Vocation régionale, potentiel mondial

Dans ce contexte favorable, avoir été retenu par le Village by CA installé à Sophia-Antipolis est tout autant un élément de la stratégie d'HysiLabs. Car Pierre-Emmanuel Casanova le redit, "notre vocation est régionale". Si la jeune entreprise est née du côté de l'Arbois et de son technopôle axé environnement, c'est une autre technopole, en l'occurrence Sophia-Antipolis qui l'intéresse et cela pour des raisons technologiques. Comprendre pour des compétences expertes disponibles, dont des jeunes diplômés, à même d'accompagner la croissance de celle qui est née en 2015 et qui a mis au point un vecteur liquide pour le transport de l'hydrogène, appelé HydroSil, capable d'être transporté aussi bien par terre, mer que air.

Une petite révolution dans le domaine du potentiel que représente l'hydrogène, HydroSil permettant notamment de faciliter la logistique de stockage et de distribution puisque non toxique et non explosif.

Reconnu pour être une réponse adaptée à la transition énergétique, notamment en matière de carburant propre, l'hydrogène est aujourd'hui bien mieux considéré qu'il y a encore 18 mois. Un "timing" qui consolide de fait le parti pris par HysiLabs.

La preuve par l'exemple

Et si la startup est friande de profils technologiques pointus, c'est que le projet à terme est de réaliser un démonstrateur, qui sera implanté au cœur d'une unité industrielle. D'ici 18 mois, un pré-avant projet - qui concerne notamment le design du vecteur - sera réalisé. L'idée plus générale est de pouvoir toucher les écosystèmes industriels de Provence Alpes Côte d'Azur, autant ceux qui sont positionnés sur la décarbonisation que ceux qui parient sur l'hydrogène comme carburant. HysiLabs apparaissant ainsi comme le fournisseur de solution.

Un positionnement que vient conforter le rapprochement actuel d'acteurs concernés par l'hydrogène, ce qui pourrait bien voir émerger la création d'un cluster.

"Nous voulons travailler avec les acteurs locaux, aller chercher les projets pilotes en région", indique Pierre-Emmanuel Casanova, ce qui signifie donc être partie prenante de projets d'application hydrogène. Pour cela "nous devons être agiles". D'autant que "notre technologie est très industrielle, nous devons donc arriver dans un environnement déjà consommateur d'hydrogène".

Le démonstrateur qui verra le jour a vocation bien sûr, être dupliqué.

Hysilabs qui comprend pour l'heure 5 personnes, souhaite faire grossir l'équipe jusqu'à 18 personnes à l'horizon de 18 mois afin de renforcer notamment l'effectif dédié à la R&D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :