Comment Wizishop structure son offre… et sa croissance

 |   |  563  mots
(Crédits : DR)
L'éditeur de solution de création d'e-boutiques, basé à Nice, peaufine son business modèle, l'objectif étant de répondre aux besoins d'accessibilité numérique des e-commerçants. Sans rien changer à la philosophie de départ mais en étant en même temps plus compétitif.

L'apport de solutions ciblées e-commerce est depuis dix ans le fondement de WiziShop. Et malgré les années écoulées, c'est bien l'esprit startup que continue de revendiquer Grégory Beyrouti, le PDG de l'entreprise niçoise. Il faut dire que pour continuer à être performante dans un secteur devenu extrêmement concurrentiel, il faut être souple et agile et ne pas avoir peur de refonder ce qui a été les premières moutures.


C'est précisément ce qui a poussé l'entreprise à mettre sur le marché la troisième version de sa solution de création et de gestion d'e-boutique, issue de deux ans de R&D. En ciblant à la fois des améliorations techniques - indispensables au vu de l'évolution de celles-ci - et une accessibilité renforcée grâce à une offre à tiroirs.

Indispensable adaptabilité

Techniquement donc c'est une nouvelle génération de designs qui est proposée pour des sites qui, de fait se trouvent ainsi optimisés, en vue d'un référencement Google optimal. Car le géant du net privilégie justement la visibilité des sites les plus rapides... Parallèlement, c'est l'ergonomie de l'interface d'administration qui n'avait pas évolué depuis 2011, qui a été repensée afin d'être plus facilement maniable. "L'ergonomie a été repensée en intégrant des pages d'accueil par produits, des pictos plus clairs, le tout avec un accompagnement à la création de l'e-boutique bien plus pédagogique", explique Grégory Beyrouti. "Parmi nos clients, figurent beaucoup de primo-accédants qui ont besoin d'être accompagnés".

Côté business modèle, WiziShop avoue ne pas vouloir modifier sa philosophie initiale qui est de ne pas monétiser les fonctionnalités complémentaires. "Notre business modèle a toujours été d'inclure les innovations dans la tarification de base", rappelle le PDG. Sauf que désormais, c'est une offre à trois niveaux de prix qui a été modelée. La raison avancée par l'entreprise est de justement s'adapter aux différents profils des e-commerçants potentiels. "Nous conservons notre volonté première qui est de rendre l'e-commerce accessible", pointe le dirigeant niçois.

Dropizi, comme son nom l'indique

C'est d'ailleurs exactement cette volonté qui a mené à la création d'une autre offre, baptisée Dropizi qui elle vise un ensemble plus large d'e-commerçants. Elle permet en effet de créer une boutique qui s'appuie sur le catalogue de produits de multiples  fournisseurs, ce qui rend de fait la solution encore plus souple puisque elle évite la possession de stocks. Un volet formation devrait l'accompagner afin de donner aux utilisateurs un ensemble de connaissances sur les publicités Facebook et Google ou sur l'analyse de statistiques par exemple. Prévue pour être lancée fin mai, elle représente surtout un axe de différenciation pour WiziShop. "Cela est une stratégie qui doit accompagner notre internationalisation", appuie Grégory Beyrouti. Une version en anglais et en espagnol est en effet programmée pour être disponible dès le troisième trimestre 2018.

Pour Grégory Beyrouti l'enjeu est aussi celui de "la création d'un écosystème autour de nous". Pour accompagner cette croissance prévue, une levée de fonds de l'ordre de 2 à 3 M€ est dans les tuyaux. Fort d'une équipe de 35 salariés, le groupe WiziShop réalise un chiffre d'affaires de 2 M€. Il revendique par ailleurs 5 500 clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :