Quelles ambitions pour Notilo+ et son drone sous-marin ?

 |   |  648  mots
(Crédits : DR)
Baptisé iBubble ce drone autonome et sans fil, conçu pour être utilisé sous les eaux, est le premier produit pensé par l'entreprise originaire de Lyon, désormais installée à Marseille. La levée de fonds de 1,9 M€ tout juste réalisée doit servir l'industrialisation.

Si on connaît parfaitement les drones aériens, pour ce qui est des drones qui vont sous l'eau, le terrain est vierge. C'est justement ce terrain qu'investit Notilo +, entreprise née à Lyon, mais qui pour les raisons qui se comprennent facilement, vient d'installer son siège social en région Provence Alpes Côte d'Azur, à Marseille.

 Le POC est OK

Si Notilo + est créée en 2016, le projet de mise au point d'un drone capable d'aller sous l'eau émerge l'année précédente, née de l'idée de Benjamin Valtin et Nicolas Gambini. Un premier prototype est d'abord mis au point. "Nous avions deux interrogations majeures, celle de démontrer la faisabilité du projet et si un vrai marché pouvait exister", révèle Benjamin Valtin. "Nous avons rencontré un réel engouement et technologiquement, nous avons réussi ce que nous avions imaginé".

En avril 2016, une campagne de financement participatif est menée et aboutit à 200 000 dollars de préventes en un mois. "Cela nous a permis de passer une autre étape de validation", estime Benjamin Valtin. Différents prototypes sont développés, en partenariat avec les utilisateurs ciblés, c'est-à-dire les plongeurs.

Un an plus tard, en juin 2017, c'est le fonds Kapinno, basé en PACA, qui participe au tour de table mené pour un montant de 800 000 euros. Un financement qui permet à Notilo + de mettre au point le prototype final et d'effectuer des démonstrations en Europe et aux Etats-Unis.

La finalisation d'un nouveau tour de table ces derniers jours, réalisé notamment auprès de bpifrance, Paca Investissement et Provence Business Angels et via un accompagnement par la banque d'affaires Smart Entrepreneurs, pour un total de 1,9 million d'euros va servir la phase d'après : l'industrialisation.

Car maintenant qu'il est créé, il faut mettre iBubbles sur le marché. Ce drone sous-marin, autonome et sans fil, a vocation à être le cameraman personnel du plongeur. "Filmer sous l'eau est un geste très technique", souligne Benjamin Valtin. "Cela génère beaucoup de contraintes et les plongeurs sont souvent déçus du résultat. L'idée est de démocratiser la réalisation de films sous l'eau".

iBubbles utilise une technologie sonar embarquée qui permet de géolocaliser et suivre le plongeur. Une seconde caméra embarquée gère la reconnaissance visuelle et filme le plongeur en cadrage précis.

"Nous ciblons les plongeurs et ceux qui servent les plongeurs ainsi que la filière nautique" indique Benjamin Valtin qui précise que outre le segment touristique, iBubbles peut également servir d'outil technique pour les yachts, le drone étant alors utilisé à des fins d'inspection des bateaux et des ancres notamment.

Positionné donc à la fois sur le marché BtoB et BtoBtoC, Notilo +, qui fabrique via un fabriquant basé en Haute Marne, prévoit les premières livraisons pour le mois de septembre. "Parallèlement, nous allons accélérer le développement commercial sur les territoires à l'international", avance le co-fondateur de l'entreprise qui base sa différenciation sur son savoir-faire logiciel.

L'installation du siège social à Marseille fait bien évidemment partie de la stratégie de développement. "Notre centre de gravité c'est la mer, nous avions déjà des partenariats technologiques déployés en Provence Alpes Côte d'Azur", précise Benjamin Valtin. Membre du Pôle Mer Méditerranée, l'entreprise compte rayonner de Marseille à Monaco, tant la région est riche de filières, l'une de professionnels de la plongée - plutôt côté Var et Bouches-du-Rhône - l'autre composée de professionnels du nautisme - davantage entre Antibes et Monaco.

Et comme "iBubbles est un produit évolutif", de nouvelles fonctionnalités viendront s'ajouter au fil du temps. Si elle ne communique pas sur ses prévisions de chiffre d'affaires, Notilo +, qui emploie 13 personnes, affirme vouloir devenir leader mondial des solutions autonomes et apprenantes en milieu sous-marin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2018 à 13:48 :
ça serait intéressant de rajouter « une option « au drone filmant sous l’eau :
un sorte de capteur d’eau de mer pour l’analyse au différent niveau de profondeur de la mer pour les études scientifiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :