Où en est Hyve, le Spotify de la billetterie ?

 |   |  567  mots
(Crédits : DR)
Intégrée au sein de MonacoTech, l'incubateur de la Principauté, la startup qui développe un réseau social dédié à l'événementiel basé sur la blockchain peaufine son business modèle.

Permettre la vente et l'achat de billets de tout événement - concert, spectacle, salon professionnel - en tout sécurité, en s'appuyant sur ce que permet la blockchain, c'est le concept déployé par la startup née à Nice.

Portée sur les fronts baptismaux par Pascal Ferrucci et Jérémy Scatigna, la jeune entreprise née en 2017 développe Hyve avec l'idée que l'achat et la vente de billets quels qu'ils soient ne se pratiquent pas toujours dans les règles de l'art et qu'un marché parallèle pousse à l'inflation des prix des billets quand ceux-ci ne sont pas contrefaits.

Afin de sécuriser ce type de transaction, la jeune pousse intègre à sa technologie l'incontournable dimension sécuritaire qu'apporte la blockchain.

Le web pour commencer

Le projet, assez novateur, permet à Hyve d'être sélectionnée lors du premier appel à projet lancé par MonacoTech au printemps 2017. Voici donc la jeune entreprise intégrer l'incubateur créé par le gouvernement monégasque et Xavier Niel via Monaco Telecom.

Près de dix mois après, Hyve a forcément progressé sur son projet. Ce sont notamment les premiers tests effectués avec un établissement monégasque qui a permis à la startup d'avoir des premiers retours capables de mesurer ce qui était abouti et ce qui devait être peaufiné. "Cette première expérimentation nous en effet permis de rebondir", estime Pascal Ferrucci, "et de passer à une technologie 100 % web".

Entre temps, des rencontres de clients potentiels s'enchaînent, notamment avec des clubs de football comme l'AS Monaco, l'OGN Nice ou le RC Lens. Deux partenariats, en parallèle, l'un avec une entreprise centrée sur l'intelligence artificielle, l'autre avec Google pour sa technologie Google Flutter (programme open source qui permet de développer des applications NDLR) sont noués.

L'application d'ici la fin de l'année

Mais si Hyve a une idée précise de ce que doit être son réseau social et des fonctions qui doivent l'accompagner, elle a aussi conscience qu'entre le projet sur le papier et la réalité il y a parfois des ajustements à mener. "Nous devions faire des choix", explique Pascal Ferrucci. "Nous avons libéré la première brique, celle qui permet d'acheter des billets". Blockchain et IA font bien évidemment toujours partie des éléments différenciants à intégrer. "Nous voulons remettre l'utilisateur au centre", insiste l'entrepreneur monégasque qui explique aussi que "nous continuons à perfectionner le site web". L'application devrait voir le jour dans sa première version d'ici la fin de l'année. "Nous commençons à engranger un maximum d'événements, la validation commerciale est un véritable test" fait remarque Pascal Ferrucci. Cela sert notamment de validation de modèle.

Si elle envisage de se renforcer au niveau technique, Hyve réfléchit également à une levée de fonds. Elle travaille également à développer sa communauté de bêta testeurs. Des étapes indispensables pour s'assurer de passer au stade supérieur. "Nous voulons valider notre modèle brique par brique, générer du chiffre d'affaires et ensuite, nous entamerons peut-être un tour de table", détaille Pascal Ferrucci qui reconnaît que le développement de Hyve exige davantage de patience que prévu. Pour autant, la jeune entreprise ne lâche rien de ses objectifs de départ et compte aussi l'export dans sa stratégie de développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :