Electro Smart ou la mesure intelligente des ondes électromagnétiques

 |   |  541  mots
(Crédits : DR)
Ce n'est pas encore tout à fait une startup, mais c'est déjà un projet de recherche issue de l'INRIA, basé à Sophia-Antipolis, qui a fait la preuve de son concept. De quoi donc basculer du côté de l'entreprenariat.

Le contexte est forcément favorable tant les conséquences des ondes électromagnétiques sur la santé sont l'objet de bien des controverses. Sans prendre parti pour autant, la mesure de ces ondes a été le sujet de recherche d'Arnaud Legout. Ce chercheur de l'INRIA spécialisé dans le domaine de l'internet, spécifiquement sur des sujets de rupture, avec un impact social important, s'interroge en 2014 sur les moyens de mesurer ces ondes aussi bien dans un environnement de travail que personnel, au sein de son habitat.

"Je voulais savoir si derrière le mur de la chambre de mes enfants, se trouvait une box internet ou pas", explique celui qui contribué entre autres à pointer les correctifs à apporter à l'architecture de Skype (correctifs apportés depuis NDLR), pour des raisons de sécurité.

De l'appli à la startup

Le smartphone se présentant comme le meilleur support pour cela, notamment parce qu'il s'agit d'une interface grand public, et aucun outil grand public n'existant, deux années de R&D sont alors engagées pour développer une application sous Androïd, mise à disposition gratuitement sur Google Play en août 2016. Moins d'un an plus tard, en mars 2017, Electro Smart enregistre - sans publicité ni action commerciale - 17 000 téléchargements. Aujourd'hui, les compteurs pointent à 72 000 téléchargements avec 30 % d'utilisateurs actifs.

Alors forcément, l'idée de faire d'Electro Smart, non plus seulement une application mais une startup, se forge dans l'esprit d'Arnaud Legout. D'autant que l'INRIA, comme il le précise, "favorise le transfert de technologie".

Surtout Electro Smart a été pensée afin d'être la moins intrusive possible pour l'utilisateur et la plus simple d'utilisation. Ainsi elle fonctionne en arrière-plan, ne consommant pas la batterie du smartphone. "Il suffit d'ouvrir l'application, celle-ci mesure toutes les antennes - 2G, 3G, 4G, wifi, bluetooth", explique Arnaud Legout. Qui a également créé une mesure - l'e-score - qui donne donc la mesure de l'onde. Une sorte d'échelle de grandeur, compréhensible du grand public.

Ambitions internationales

Aidé financièrement via l'Idex obtenu par l'Université Côte d'Azur, Electro Smart recherche pour basculer totalement du côté de l'entreprenariat, des fonds privés pour un montant de 1 M€. "Cela nous permettrait de recruter des développeurs, des data scientists, des business développeurs entre autres pour améliorer l'application", pointe Arnaud Legout qui espère ainsi créer une équipe d'une dizaine de personnes.

Quant au business modèle, l'idée serait de récupérer les données d'exposition - "notre application ne renseigne aucun nom, aucune adresse mail", précise Arnaud Legout - et de les revendre aux entreprises, notamment celles des domaines de l'immobilier, aux aéroports, lieux publics... "Nous sommes persuadés que les données d'exposition vont devenir des données avec de la valeur".

Si ces premiers pas dans le monde de l'entreprise se déroulent comme espéré, Electro Smart déclenchera alors une seconde levée de fonds d'un montant plus important, mais pas avant 2019. Ce tour de table devra notamment servir à un développement sous iOS, car pour l'heure "demeure une barrière technologique", regrette Arnaud Legout qui ne cache pas que son marché est mondial ni son ambition d'en devenir le leader.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :