Comment Respinnovation a intégré le réseau des vétérans américains

 |   |  517  mots
(Crédits : Shutterstock)
La société implantée à Nice et à Seillans a inventé le RespIn 11, un dispositif médical pour désencombrer les bronches des patients sans provoquer une compression permanente du thorax, difficile à supporter pour de nombreux malades. Une innovation qui lui permet d'être présente à 100 % à l'export, notamment aux Etats-Unis.

Les personnes atteintes de mucoviscidose ou de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) font face à un défi récurrent : faire en sorte que le mucus ne s'accumule pas dans les poumons afin d'éviter des infections.

A cet effet, plusieurs méthodes existent pour aider le patient à expectorer ses sécrétions. En France, ce sont les kinés qui s'en occupent en pratiquant la kinésithérapie respiratoire. "Mais dans de nombreux pays, les médecins ne sont pas formés à ces techniques" explique Sophie Monteil, directrice exécutive de Respinnovation. "Des pays comme les Etats-Unis utilisent des dispositifs externes comme des gilets pour reproduire l'oscillation de la cage thoracique ". Cependant, cette technique "comprime le thorax en permanence et certains patients ne le tolèrent pas. Sachant que le traitement doit se réaliser 2 à 3 fois par jour et dure de 20 à 30 minutes, cela crée une situation encore plus inconfortable".

Une innovation adaptée à tous

Vient alors l'idée à Barrett Mitchell, fondateur et président de Respinnovation, d'inventer un système plus supportable pour les malades : placer, dans un gilet, des pistons qui réalisent des pulsations ciblées et non des compressions généralisées pour provoquer les mouvements d'oscillations.
Néanmoins, "un tel dispositif n'est pas accepté en France", le pays préférant conserver les techniques kinésithérapeutiques commente Sophie Monteil. C'est pour cela que Respinnovation réalise "100 % de [son] chiffre d'affaire à l'export". Un résultat qui devrait atteindre 900 000€ en 2018.

Cette performance est la conséquence de la commercialisation de l'innovation sous le nom de RespIn 11 en 2015. Le mécanisme a d'abord été intégré à un gilet, le Wrap. "Il est adapté pour les patients qui sont habitués à ce genre de traitement et est destiné aux personnes mobiles" décrit la directrice exécutive de l'entreprise. C'est ce critère de la mobilité qui a conduit à la création d'un deuxième support, le Pad. Ce dernier prend la forme d'un coussin que l'on pose contre son dos pour réaliser le traitement. Il est donc destiné à des personnes âgées, à faibles mobilités ou s'utilise dans des situations d'urgence.

Solutions internationales

Le RespIn 11 propose ainsi une solution pour de nombreux malades en Europe (Italie, Espagne, Pays-Bas) et aussi en Asie (Thaïlande) mais surtout aux Etats-Unis. C'est dans ce pays que Respinnovation a intégré le marché de la santé des vétérans, "un système complètement à part, qui dispose d'un réseau gigantesque".
Les solutions sont alors vendues par des distributeurs tels que VitalAire en Italie qui les fournit dans des hôpitaux ou directement chez le domicile du patient, l'appareil pouvant être utilisé en toute autonomie. L'indépendance est justement un point important pour la santé du patient. "Plus le patient est autonome dans sa maladie, plus il a de bons résultats" explique Sophie Monteil.

Respinnovation continue son développement. D'ici cet été, la société espère conclure une levée de fonds pour financer leur volume de production aux Etats-Unis et embaucher 2 personnes supplémentaires pour épauler les 7 salariés déjà présents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :