Neosmart veut démocratiser la mobilité électrique

 |   |  541  mots
(Crédits : DR)
Installé aux Arcs, dans le Var, le distributeur de solutions électriques de micro-mobilité urbaine accélère son développement avec des projets d’ouverture de boutiques, de diversification de ses clients et du lancement de sa propre marque.

C'est la passion qui a poussé Laurent Vittecoq à lancer sa société d'e-mobilité. "J'adore le high-tech et je pense que ce type de produit, dont je suis consommateur, est complétement arrivé à maturité avec une technologie fiable et durable". Après une dizaine d'années dans le bâtiment et "presque deux ans de préparation" il crée donc NeoSmart avec Pierre Miceli en mars 2017.

Pour l'instant, les ventes pour les particuliers se font via le site Smart-r.fr. On y trouve entre deux et cinq modèles par famille de produit allant de la trottinette aux scooters en passant par les hoverboards ou gyropodes. Les produits sont réceptionnés, contrôlés et renvoyés aux Arcs, où se trouvent la société et ses cinq salariés. C'est également dans le Var que le marketing est réalisé ainsi que le service après-vente avec le stockage de pièces détachées. NeoSmart distribue en exclusivité la marque Halo City du varois Onemile ainsi que le roumain Freewheel, dont le fondateur devrait rentrer au capital prochainement. Au total, la jeune société varoise compte 450 clients, particuliers ou professionnels, et veut doubler ce nombre d'ici la fin de l'année.

Démocratiser la mobilité électrique

"En se basant sur le retour d'expérience des consommateurs, nous voulons devenir un créateur et développeur de marque de produits de bonne qualité que l'on ne trouve pas chez les discounters", explique Laurent Vittecoq. Deux boutiques doivent ouvrir leurs portes pour le printemps 2019 à Paris et Bordeaux. D'autres suivront à Montpellier et Lyon, des villes où les solutions de micro-mobilité sont adaptées, et même au-delà. Les exploitations des marques de Onemile et Freewheel concernent toute l'Europe.

Laurent Vittecoq souhaite également de lancer sa propre marque pour la fin d'année prochaine. "Nous voulons démocratiser cette manière de se déplacer pour rendre les gens plus mobiles plus longtemps". L'idée est de proposer des produits adaptés pour toute la famille, de l'enfant de 3 ans jusqu'aux grands-parents.

 Développer le BtoB

L'autre objectif du chef d'entreprise est de développer le BtoB. "Cela doit représenter dans quelques années plus de 50 % de notre chiffre d'affaires", estime-t-il. Les revendeurs ciblés sont des boutiques de proximité et des spécialistes comme les magasins de vélos ou de camping-car ainsi que les différents loueurs. Pour ce qui est de l'étranger, NeoSmart passe par des revendeurs nationaux pour les marchés belges, norvégiens et luxembourgeois. Les entreprises sont également ciblées pour faciliter les déplacements sur certains sites. Dans cette optique, un partenariat avec une société événementielle débute le 16 juillet pour proposer les produits de NeoSmart lors de manifestations mensuelles au circuit du Castellet.

Pour parvenir à développer tous ces projets, un premier tour de table est en cours de réalisation avec un objectif d'1,5 million d'euros. Laurent Vittecoq envisage d'ores et déjà une deuxième levée de fonds. "Cela doit permettre à notre start-up de devenir une PME", explique-t-il. Des recrutements sont aussi prévus pour arriver à 17 salariés fin 2019. Côté chiffre d'affaires, estimé à 750 000 euros pour cette année, NeoSmart vise 3,5 millions d'euros pour le prochain exercice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :