Quand Mounir Mahjoubi s'immerge à thecamp

 |   |  428  mots
(Crédits : Thibaud Moritz / Agence Appa)
Lorsque on est ministre en charge du numérique et qu'innovation et disruption sont des maîtres-mots, il ne paraît pas totalement irrationnel de venir tester grandeur nature le campus du futur, basé à Aix-en-Provence. La preuve, c'est le cabinet du ministre tout entier qui se délocalise en Provence.

Alors que depuis aujourd'hui, Aix-en-Provence est tournée vers les "Métamorphoses du monde", le sujet central des Rencontres économiques version 2018, lundi, lorsque tous les patrons et acteurs de l'économie seront redevenus parisiens, Mounir Mahjoubi sera lui, aixois. Et pas pour faire une petite apparition mais pour véritablement s'imprégner du caractère innovant de la Provence.

Ce n'est d'ailleurs pas seul que le ministre fait le déplacement, mais avec six personnes de son cabinet. La preuve que la délocalisation est un sujet sérieux. Et que venir s'imprégner du celui qui se présente comme le campus du futur a tout son sens. Logique, en somme. Si sur la forme le message envoyé est forcément positif - le gouvernement n'oublie pas les régions et s'y déplace - c'est largement le fond qui a évidemment le plus d'intérêt.

Car en Provence, Mounir Mahjoubi va rencontrer pêle-mêle les Hivers c'est-à-dire ces jeunes venus des quatre coins du monde pour un travail collaboratif de 6 mois au sein de thecamp, les acteurs de la cyber-sécurité, les startups locales du secteur de la tech for good, les acteurs de la French Tech... tout ce que le territoire et thecamp - lieu d'expérimentation global, c'est d'ailleurs ça qui a séduit le ministre - comptent de spécialistes de l'innovation. Ou du moins qui tentent de l'être.

L'idée donc c'est de prendre le temps de "comprendre les problématiques, de s'inspirer des best pratices, de rencontrer les acteurs, dont ceux de la médiation numérique. Le but c'est de pouvoir faire de l'acculturation", explique-t-on dans l'entourage du Ministre. Et de prendre le temps de mesurer le pouls de l'innovation locale, de manière plus approfondie que les habituels déplacements 24h chrono, par essence trop rapides.

Après Vivatech où le cabinet ministériel s'était également déplacé durant 3 jours, thecamp est la deuxième initiative du genre. Et sans doute pas la dernière.

Pour le campus du futur, imaginé par Frédéric Chevalier, désormais piloté par Olivier Mathiot, le PDG de Rakuten-Price Minister, c'est également une mise en avant non négligeable. Une façon de montrer à l'international que non, il n'y a pas que Station F qui porte l'innovation française. Que sous le soleil et au cœur de la pinède aixoise, on peut tout autant réfléchir aux sujets innovants de demain. Peut-être de façon plus décomplexé mais pas moins sérieusement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :