Axyn Robotique ou la robotique pragmatique

 |   |  658  mots
(Crédits : DR)
C’est en s’appuyant sur l’expertise du Centre d’Innovation et d’Usages en Santé basé à Nice que la start-up de Meyreuil a développé une gamme de robots de téléprésence, dont la troisième génération, attendue sur le marché à la fin de l’année, s’adresse plus spécifiquement à la silver économie et l’e-santé.

Avec Axyn, la robotique se veut pragmatique. Surtout lorsqu'elle adresse le domaine des services à la personne, créneau sur lequel s'est positionnée la start-up provençale fondée en 2014 par Frank Anjeaux, passionné du sujet, pour qui "la robotique se doit avant tout de répondre à des besoins précis". C'est donc en partant des attentes et des usages, identifiés notamment grâce à sa collaboration avec le Centre d'Innovation et d'Usages en Santé (CIUS), basé à Nice, qu'elle a développé une gamme de robots de téléprésence made in France, baptisée Ubbo (pour Ubiquité et Robotique), qui "s'adaptent au public visé et non l'inverse". En l'occurrence, les personnes isolées.

Ainsi est né Expert, deuxième génération du robot Ubbo lancé en début d'année. Mobile, filiforme, évolutif, équipé d'une tête rotative (sous la forme d'une tablette) et contrôlable à distance depuis un ordinateur, le robot vise à créer du lien en permettant les échanges entre une personne isolée et son environnement. Le produit intéresse tout particulièrement le secteur de l'éducation nationale qui y voit, entre autres, un bon moyen de décloisonner les enfants hospitalisés ou convalescents. "C'est, en termes de volume, notre premier marché", indique Etienne Sauvageot, senior business développeur d'Axyn Robotique, qui table sur la vente de 300 exemplaires en 2018 et un chiffre d'affaires compris entre 500 et 800 000 €. Une demi-douzaine d'académies a ou va être prochainement équipée, dont celles de Pau, Amiens, Bordeaux et Lyon.

La silver économie surtout

Toutefois, son champ d'application ne se limite pas à ce seul domaine. Selon les versions, Expert peut également adresser l'entreprise, "un marché qui monte en puissance", et ainsi permettre à un salarié en télétravail d'être présent de manière "phygitale" dans ses locaux. Ou encore le monde culturel, abordé au travers du projet Cultur'Ubbo, financé par le Département des Alpes-Maritimes dans le cadre de l'appel à projets "Prévention, innovation, autonomie". Lequel a consisté à développer les fonctionnalités du robot pour permettre aux personnes âgées isolées de participer, en temps réel et de façon interactive, à des visites guidées de lieux culturels comme le Musée National du Sport, à Nice, ou encore la fondation Vasarely, à Aix-en-Provence.

Car, parmi les secteurs identifiés par la jeune pousse, la silver économie figure en tête la liste. D'où le développement d'un robot dédié, Ubbo Access, expérimenté depuis novembre 2017, en EHPAD, CHU et au sein de la plateforme Habitat du CIUS, dont la mise sur le marché est programmée à la fin de l'année. Plus petit qu'Expert pour mieux s'intégrer au domicile, Access vise à maintenir le lien social entre la personne âgée et son environnement (aide à domicile, famille, équipe médicale) tout en permettant, si nécessaire, d'analyser l'urgence d'un besoin et une éventuelle levée de doute. "Nous sommes convaincus que ce type de robotique va avoir, dans un avenir proche, un impact majeur. C'est pourquoi nous avons voulu, dès sa conception, lever la barrière du coût", reprend Etienne Sauvageot.

Démocratiser l'usage de la robotique d'assistance

Ainsi Access sera-t-il commercialisé autour de 1 500 € HT, quand Expert s'affiche à 3000 €. "C'est deux fois moins cher que la concurrence". Un atout pour démocratiser l'usage de la robotique d'assistance auprès du grand public. D'autant que la start-up ambitionne de mettre en service quelque 5000 robots Expert et Access confondus à l'horizon 2021. Pour ce faire, elle s'est engagée dans une démarche de levée de fonds, d'un montant de 500 000 €. Une somme qui lui servira à développer de nouvelles fonctionnalités dont certaines font déjà l'objet d'un PoC avec Microsoft. Mais pas que. "Il s'agira de structurer les process d'industrialisation, de consolider notre réseau de distribution en France et d'en créer un à l'international". Axyn Robotique, qui compte à ce jour 6 personnes, vise en effet 8 M€ de chiffre d'affaires d'ici à 5 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :