Comment OGéo rend les études de sol intelligentes

 |   |  336  mots
(Crédits : Pixabay)
Installée à Nice, la SCOP spécialisée dans les études de sol s'appuie sur des systèmes de récupération de données embarquées pour se différencier dans un secteur encore peu enclin à dire adieu aux systèmes traditionnels.

Chez OGéo, on aime bien ne pas faire comme tout le monde. Créée en janvier 2015 par trois anciens salariés d'un bureau d'études de sol de la région, la jeune entreprise opte d'abord pour le statut de société coopérative. Une façon de penser différemment l'organisation même de la structure et qui apparaît convenir à la façon d'envisager l'entreprenariat des trois fondateurs.

Histoire de data

Quitte à lancer sa propre entreprise, autant apporter une touche d'innovation. "Nous avons fait le choix de nous appuyer sur des systèmes embarqués d'acquisition des données", explique Dimitri Schreiber, le gérant de la startup niçoise.

Une machine, appelée pénétromètre dynamique lourd qui a l'avantage non seulement de travailler avec des valeurs justes au millimètre près mais qui permet aussi de suivre par exemple un sondage en direct. "La plupart de nos confrères travaillent avec des machines sans système embarqué, tous n'investissent pas dans ce type d'outils", note Dimitri Schreiber.

BtoB et BtoC

Intervenant dans les domaines de la géologie, de la géotechnique, de l'hydrogéologie et de l'environnement, aussi bien avec des cibles BtoB que BtoC, OGéo est notamment sollicité pour les ouvrages d'art, sans omettre l'évolution des normes dans le bâtiment qui joue son effet multiplicateur. "Nos clients sont les donneurs d'ordre public, les architectes, les experts, les ingénieurs mais aussi les particuliers", note le gérant de l'entreprise qui avoue réaliser l'exclusivité de son chiffre d'affaires dans le département des Alpes-Maritimes. Un département souligne Dimitri Schreiber, "davantage en avance sur les réglementations, notamment à cause de sa zone montagneuse, ce qui a poussé les collectivités locales à prendre conscience des risques".

Installée pour l'heure au sein du CEEI de Nice, la startup qui emploie 4 personnes, est en recherche de locaux dans le périmètre de l'Eco-Vallée. Elle a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 500 000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :